Kamita Magazine

Focus VIP : Mélinda Khiari, Directrice de l’agence Mkomm & Conseil

Rencontre avec la directrice de l’agence Mkomm & Conseil à Paris.  Mélinda Khiari est l’invitée prestige de notre rubrique, Focus VIP.

Citoyenne du monde, de nationalité française, d’origine berbère par son père, bretonne, alsacienne, par sa mère, Mélinda Khiari est « un subtil mariage de l’Orient et de l’Occident ». Ce qui toujours selon elle, lui donne une force incroyable, une vision du monde élargie, une compréhension plus fine des problématiques actuelles sur le vivre ensemble, les traditions, etc. Elle réside à Vincennes depuis 2012, après avoir passé 5 ans à Lille, 1 an à Bruxelles, 5 ans à Nancy puis Metz pour les études en communication et près de 20 ans dans le sud est de la France.

Mélinda Khiari préside aussi une association culturelle et artistique, ARTISS, depuis 2014, laquelle lui permet de donner écho à son identité artistique, de trouver un réel équilibre, et de mobiliser des équipes, des énergies sur des projets sociaux, intergénérationnels, des activités plurielles, qui ont du sens, de l’intérêt : « L’interculturalité : vecteur de paix sociale et d’interactions pédagogiques ».

Pour elle, le bien être est important. C’est ainsi qu’elle aime se divertir en allant au théâtre, en marchant régulièrement, en dansant. Elle aime aussi la musique et compte apprendre prochainement la batterie, l’opéra, les jeux de société.

ENTRETIEN

Mélinda Khiari, avant d’aborder votre identité professionnelle riche d’expériences, que pouvez-vous nous dire brièvement de la petite fille qu’était Mélinda quelques décennies en arrière ? 

Je suis née à Reims le jour de la fête de la musique le 21 juin 1980. Pour la petite référence culturelle : on appelle les natifs de Reims, des « cornichons ». Deux thèses sont possibles pour mériter ce surnom : les maraîchers cultivaient des cornichons à l’entrée de Reims, et les parisiens lorsqu’ils venaient rendre visite aux rémois, disaient : je vais voir les cornichons. Ou la seconde hypothèse, parce que les Rémois à l’assemblée, siégeaient sous une corniche. Je suis l’aînée de la famille, j’ai un frère qui a suivi des études de droit pour aujourd’hui diriger une clinique sur Avignon, et père de famille depuis l’été 2016.

Mes parents, des travailleurs doués de polyvalence, entrepreneurs dans l’âme, à forte éthique, souhaitant bénéficier d’une plus grande qualité de vie, ont décidé de déménager dans le sud à mes 1-2 ans. J’ai donc passé mes premières années scolaires dans le sud. Enfant, j’étais souvent en mouvement, un peu « garçon manqué », j’aimais sortir avec mes proches faire des ballades, de l’escalade, apprendre à jouer des instruments de musique. J’ai eu une enfance très heureuse à Aguessac, près de Millau, dans un environnement très sain. C’est là aussi où j’ai souvenir de l’investissement professionnel de mes parents. Ils étaient à ce moment là commerçants, ils travaillaient énormément.

Mes parents, ces êtres formidables. Nous n’avons manqué de rien, nous avons toujours été écoutés, respectés. Ils ont fait énormément de métier (enseignants, ambulanciers, commerçants, expert comptables, secrétaires, gérants, entrepreneurs) toujours avec courage et une forte éthique. Ma mère a réussi son concours de rédactrice territoriale à 56 ans ! Je puise ma force d’eux. J’étais (et je le reste) passionnée par les chevaux, les voyages, l’humain, et bien plus…

Mélinda Khiari, au centre, lors du Multicolore Fashion Show organisé par Colette caron (à gauche)

Adolescente, je voulais devenir juge pour enfants, ou juge d’instruction. J’étais passionnée de justice, d’engagement, d’action, de responsabilité. J’avais même planifié mon cursus, en me faisant un rétro planning, jusqu’à ma nomination à l’ENM de Bordeaux. C’est ainsi que je me suis inscrite à l’université de droit d’Avignon, après avoir obtenu mon Bac Littéraire en 1998. J’ai donc mis du cœur à l’ouvrage. J’ai appris, jusqu’à exceller à mon examen en Communication, mon module d’ouverture. Ce fut une révélation ! C’est là où découvrant la médiation culturelle, la communication, j’ai décidé de me réorienter. Je voulais en faire mon activité principale. Je sentais que mes aspirations personnelles, mes valeurs de solidarité, d’échange, de partage, mes facilités relationnelles, je voulais construire du lien.

Changement de voie, changement de région, je tente une inscription sur Paris en 2000, là où je rêvais d’étudier. J’ai appelé toutes les universités parisiennes, on était en octobre, toutes n’ont pas donné suite. Ayant fait le déplacement du sud, je me suis lancée un défi : « la première université proposant un Deug MCC Médiation culturelle et Communication, du nord de la France, qui me dit oui, j’y vais ». Et ce fut l’université des lettres et Sciences Humaines de Nancy, avec un accueil très chaleureux. J’ai donc pris le premier train.. J’y suis restée 5 ans, jusqu’à obtenir mon Master 2 Communication territoriale et Interculturalité. c

Ces années étudiantes furent éminemment riches car durant toutes ces études, depuis 1998, où je suis devenue indépendante, j’ai travaillé pour les financer, dans le secteur de l’hôtellerie restauration (tout type d’établissements, tout type d’emploi), l’animation (street marketing, gestion d’un stand démo), l’événementiel, la téléprospection, le service à la personne, la garde d’enfants, le commerce, le journalisme, la culture (CCN Ballet de Lorraine), les collectivités locales (Conseil Général Gard, Trésor Public, CUGN), l’éducation (correctrice Bac, prof).

 

Aujourd’hui, Directrice de l’agence de Communication MKomm & Conseil. Un mot sur l’entreprise…

MKomm & Conseil est une agence de conseil en communication, créée le 6 janvier 2012, à l’ADN interculturel avec un pôle événementiel (une trentaine d’événements à notre actif depuis juillet 2012), puis un pôle RH (recrutement, formation inter/intra en session collective et en mode individuel, accompagnement à l’emploi), et un pôle RP (couverture événementielle, reportage, interviews, web série).

Avant d’être une agence, c’est un cadre, un état d’esprit où règne la bienveillance, l’encouragement d’être soi, l’énergie de porter et d’accompagner des porteurs de projets à forte valeur ajoutée, authentiques, des talents à révéler, à valoriser, à booster. C’est une entité souple et exigeante à la fois car le respect et l’excellence du service clientèle en sont ses repères.

Peut-on dresser à ce jour un bref bilan de MKomm & Conseil ?

Le bilan de MKomm & Conseil est celui d’une micro entreprise, ayant la ferme intention de faire valoir son offre, réajustée en temps réel, et ce, de manière empirique. Ainsi, les 2 premières années, 2012 / 2013, furent essentiellement de l’investissement en termes d’image avec beaucoup d’événementiel axé « Kizomba », au regard de ma propre pratique et de sa méconnaissance du public. J’ai donc d’une pierre deux coups, voulu allier ma passion à mes activités, tout en développant ma notoriété.

Par la suite, nous avons été sollicités par diverses personnes, groupes, sociétés : des entrepreneurs (vidéastes, des stylistes, des consultants bien être, des informaticiens, des artistes) pour des conseils, du graphisme, des sites internet ; des entreprises comme MDT (Manager de Talents) basé à Lyon pour un grand compte ; Transports Marigny (recrutement de sa première équipe noyau dur Europe, conseils en stratégie développement) ; IOD (recrutement de l’adjointe de direction et de techniciens audiovisuels, conseils) ; des institutions comme l’ONDOM (L’Observatoire Nationale des Originaires d’Outre Mer) avec la création de l’annuaire des associations, sans oublier des associations comme l’Alter JT, Siapo et d’autres. Nous sommes intervenus aussi pour TPE News TV, Oeuvrissim Art, le LABO International (fêtant leur 10 ans), le 11ème festival du cirque New Circus en Lituanie (Vilnius).

Vous avez entamé l’année 2017 en donnant également des cours de formation à des groupes d’adultes dans le cadre de l’insertion socioprofessionnelle. Quelle appréciation faites-vous de cette étape nouvelle ?

En effet, depuis Mars dernier, au centre de formation de l’IMEPP à Pantin / Bobigny. En 2 jours, j’ai été positionnée sur la formation « Management culturel et artistique » (professionnalisant), pour un public demandeur d’emploi, ayant un projet dans le secteur, d’une durée de 2 mois incluant 1 mois de stage en entreprise. Le centre a innové en ouvrant cette formation pour 12 stagiaires. Durant cette formation, j’aborde deux grands modules : Evènementiel et Management. Le module Evènementiel comprend des enseignements sur la stratégie événementielle, les financements publics/privés, le budget, le sponsoring, le mécénat, les RP (Presse et Publiques), les enjeux de la vie culturelle et artistique.

Une partie du groupe de stagiaires de la Formation Management culturel et artistique / IMEPP Pantin
Conventionné Région et Europe

La première session a commencé dès le 3 Mars pour se terminer par deux jours de soutenance le 15 et 16 Mai. Nous avons accueilli un groupe aux profils, aux parcours, aux énergies, aux aspirations diverses. Cela a donné lieu à des échanges forts, riches, surprenants, animés. Leurs témoignages furent très instructifs. Ils ont apprécié la formation, la pédagogie, les cours, et pour certain(e)s, ce fut une vraie révélation.

La deuxième session quant à elle, a commencé le 10 avril et se termine le 3 juillet. Le groupe 2 est tout aussi varié que le premier, mais les profils sont davantage investis, attentifs. L’énergie est différente. C’est ce qui donne un caractère surprenant à la formation : les groupes s’enchaînent et ne se ressemblent pas. Je vous avoue que je prends énormément de plaisir à assurer ces formations.

S’il fallait ressortir un ou deux noms parmi toutes celles et tous ceux que vous avez eus à rencontrer dans le cadre de vos activités professionnelles, qui aurez-vous envie de mettre en lumière aujourd’hui ?

Interview de mélinda Khiari sur la radio BTLV

Question hautement difficile car tous, même ceux qui m’ont mis des bâtons dans les roues, m’ont permis d’évoluer vers ce que je suis aujourd’hui. Et citer des noms serait réducteur, car je vais certainement en oublier. Mais si je devais me prononcer aujourd’hui, je dirais : mes parents, Ali Khiari, Sabrina Kashi, Mohamed El Hasany pour leurs amitiés, Chrysogone Diangouaya pour son soutien indéflectible, Manu Bravo pour sa recommandation m’ayant fait venir à Paris.

Et si nous parlons du Canada…une destination que l’on sait occuper une place importante dans votre vie…

Ahh le Canada, un rêve nourri depuis une dizaine d’années ! Je me suis documentée, renseignée. Je me suis déplacée en conférences en France (CCI Paris, Salon Destination Canada) et à l’étranger (Bruxelles en 2006/2007). J’avais également passé du temps avec un groupe d’artistes québécois, invité au CCN Lorraine, où j’ai travaillé durant mes études.

L’hiver 2016, après avoir fini une mission RH, j’ai décidé de m’y rendre en tourisme et prospection plusieurs mois ! enfin ! Ce séjour fut une vraie chance de me confronter à mes propres fantasmes, mais aussi et surtout de comprendre, d’observer, de vivre les différences culturelles, d’écouter le marché, de tisser des liens avec les québécois et les Français installés là bas, de signer des partenariats, d’envisager d’aller plus loin… Ce voyage s’est très bien déroulé.

J’aime leur culture, l’harmonie nature/ville, leur bienveillance, leur modernité, leur amabilité, leur goût et la défense de l’esprit entrepreneurial et bien plus. Bien sûr, il est important de ne pas idéaliser mais de reconnaître leurs forces, leurs champs de progression, leurs problématiques. Ce qui m’intéresse est d’aller au coeur et d’approfondir ce que j’ai compris, d’aller plus loin, de comprendre chirurgicalement leur façon de vivre, de penser, d’envisager, de se lier, de collaborer, etc.

Pour finir, que pourrez-vous partager avec les lectrices et lecteurs de Kamitamag comme citations et vos lectures du moment ? 

Concernant les citations, j’en ai plusieurs à dire vrai :

  • « Il vaut mieux viser la perfection et la manquer que viser la médiocrité et l’atteindre » (Francis Blanche)
  • « L’homme qui ne tente rien ne se trompe qu’une fois » (Lao Tseu)
  • « Si quelqu’un vous offre une incroyable opportunité et que vous n’êtes pas sûrs de pouvoir réussir, Dites oui – et apprenez comment faire ensuite » (Richard Branson)

Je lis actuellement deux ouvrages :
* Du bonheur, un voyage philosophique, de Frédéric Lenoir
* D’hommes à hommes, Itinéraire d’un D.R.H., de Jean Léon Donnadieu

INFOS PRATIQUES

Site Web Mkomm & Conseil

Page Facebook Mkomm & Conseil

Site Web Association Artiss

Commentaires
Mama Ayaba