Kamita Magazine

Focus VIP : Bakem AbdoulayeTraoré, prédicateur d’un véritable panafricanisme économique

Bakem Abdoulaye Traoré, français d’origine Malienne, résidant dans les Yvelines à Mantes la Jolie. Au niveau Professionnel, 2 ans Technicien artistique, prise de voix label Urban Black Musique ; puis Conseiller Financier pendant sept ans, Expert Financier durant trois ans dans l’une des banques Nationales Françaises. Désormais depuis deux ans, Directeur de Société de communication KeM Production. C’est l’invité prestige de notre rubrique Focus VIP !

RENCONTRE

Bakem Abdoulaye Traoré

Bakem Abdoulaye Traoré, avant toute chose, s’il fallait vous présenter à nos lecteurs et lectrices ?

Que dire… Sinon que je suis très attaché, au respect du vivant, minéral, végétal, animal et humain ; j’essaie de vivre en harmonie avec mon environnement, dans le but d’être un acteur participant au re-développement du monde « Noir » dans tous ses aspects.

Vous êtes le Fondateur de KeM Production. De quoi s’agit-il concrètement ?

KeM Production est une société de communication visuelle et audiovisuelle du monde « Noir » principalement spécialisée dans les métiers de la Mode , par l’intermédiaire de sa filiale (Agence de Mannequins) nommée KeM Angels. Sa plate-forme de communication se repose sur AFROLIGHTS ( réalisation d’interviews de professionnels de la mode + autres professionnels AFRO ). Cette société fondée en 2017, est constituée de 10 jeunes personnes fortes et dynamiques + actuellement 15 mannequins travaillant pour l’agence de Mode.

Les objectifs et mission de KeM Production sont limpides. Revaloriser l’image et le génie des AFRODESCENDANTS, de France, en espérant avoir une envergure internationale.

Un bref résumé de votre intervention lors du Salon Artalentour du 16 mars 2019 ?

Brièvement, les thèmes abordés étaient :
Qu’est ce que l’argent ?
Qu’est ce que l’économie?
Qu’est ce qu’un marché ?

Lire aussi, Focus VIP : Pape Massar Ndiaye, Co-Fondateur de la société immobilière ASPIWA

En France, nous observons une situation économique des ménages très restreinte du fait d’une inflation sans nom. Un pouvoir d’achat qui ne cesse de baisser.Un taux de chômage en perpétuel augmentation malgré les différents quinquennats. Une précarité inadmissible des particuliers. Des pensions de retraites à peine finançables. Autant de préoccupations jalonnant notre vie quotidienne.

Qu’est-ce qui selon vous freinerait encore l’impact économique des Diasporas Afros dans leurs territoires de résidence ? Et peut-on parler d’économie communautaire ?

Suite à mes longues années d’expériences bancaires, de multiples rendez-vous agences avec les Afrodescendants de toutes catégories d’âges et sociales, j’ai pu me rendre compte d’une absence totale d’éducation financière et connaissance du système économique. En effet, si les ménages Afros, restent à découvert chaque mois, comment peuvent-ils entreprendre par la suite ?

Le but étant d’asseoir avant tout un confort économique. Pour couronner le tout, non seulement cette « communauté » part avec des lacunes, mais de plus, j’ai constaté une volonté de voiler sciemment les connaissances de bases financières de la part du système et des établissements financiers.

Cependant, si nous voulons établir une économie dite « communautaire », encore faut – il que les consciences y soient préparés, pour démontrer une volonté d’agir.

L’Equipe de l’agence de Mode KeM angels, en compagnie de quelques mannequins…

Vous êtes aujourd’hui à la tête d’une agence de communication et d’une agence de mannequinat. Entre le média et la finance, qu’est-ce qui selon vous est le plus urgent à détenir comme pouvoir pour les Diasporas Noires aujourd’hui ?

Lorsque j’ai conceptualisé la société KeM Production, j’ai voulu viser les 4 arcanes du pouvoir qui sont : Culturelle ( la culture étant la mère de l’économie) , Economique, Médiatique puis Politique. Je pense donc avoir répondu à votre question par cette affirmation.

Lire aussi, Focus VIP : Daniel Tohou, Fondateur de la marque de Luxe NEFER COUTURE

En France, il est normalement interdit de qualifier une personne ou un groupe de personne par ses origines ethniques, ou sa couleur de peau. Donc si des « Noirs » souhaitent se grouper pour effectuer toutes sortes de transaction financière, ils le peuvent à condition de former une personne morale.

Vous qui l’avez cotôyée, que pouvez-vous nous dire de Jamadl, Fondatrice du Salon Artalentour et figure de proue de la revalorisation de l’attaché de foulard dans l’espace public chez les femmes Afros, en Europe francophone et Antilles…

Jamadl la connaissant depuis des années est avant tout pour moi, une soeur et une amie. J’ai été touché par sa sincérité dans l’action, son enthousiasme et sa persévérance.

Jamadl

C’est une personne incarnant des valeurs fortes, ayant la main sur le coeur. Toutes ses initiatives ont consisté à remettre la femme noir à sa réelle fonction, donc guide de l’humanité. Elle a notamment compris que la beauté physique, liée à la beauté d’âme furent des besoins sine-qua-non pour la femme Noire d’ou le fait de mettre en place un concept unique d’attaché de foulard.

Lire ausi, Focus VIP : Tiffany Kalema, PDG de la chaîne de restaurants L’Afrodisiac

Ce qui est surprenant dans cette initiative est qu’elle travaille en même temps sur l’estime personnel de la femme Noire. Pourquoi? Car le foulard étant , dans nos société, est symbole historique, cette article raconte à la femme Noire , qui est – elle, d’ou elle vient , qu’elle est sa place dans le monde, et quel but doit – elle accomplir. Je l’encourage donc de continuer de nous faire profiter de ses ingénieuses idées.

Pour finir Bakem Abdoulaye Traoré, quel est le dernier livre  que vous avez lu et le dernier film afro que vous avez regardé ?

Le dernier livre Afro qui m’a parlé est l’essai intitulé « Excellence Noire » de Kouokam Kamtchueng, acheté à la bibliothèque Tamery sur Paris. J’ai trouvé que ce livre prodiguait « d’excellents » conseils pour le développement de l’homme et de la femme Noires souhaitant découvrir sa mission.

Le dernier film Afro visionné que je recommande à tous est Fences, de Denzel Washington. Ce film m’a renvoyé dans mon enfance. Dans la prestation de Denzel Washington, j’ai retrouvé l’éducation de mon Père en une phrase culte lorsque son fils lui demande « Papa, est-ce que tu m’aimes ». Il lui répond « Ne cherche pas à te faire aimer, mais à te faire respecter » reflétant une très belle leçon de vie, d’un père à son fils.

INFOS PRATIQUES

www.kemproduction.com
www.artalentour.com

Commentaires

Ralf Touomi

Diplômé en journalisme, j'ai fait la rencontre des Antilles en 2012 en découvrant notamment la Martinique. Depuis lors, est née ma mission de contribuer à la création de véritables ponts entre l'Afrique, les Diasporas Africaines et les Afrodescendants Ultra-marins. Kamita Magazine est l'outil média qui apporte sa pierre à cet engagement personnel.

Mama Ayaba