Kamita Magazine

Focus VIP : Ange Roseline Yangongo, son rêve Africain de développement durable

Française d’origine Centrafricaine, Ange Roseline Yangongo est la benjamine d’une fratrie de 9 enfants, et maman d’un petit garçon. Elle réside en Île de France, et exerce en qualité de conseillère clientèle. Engagée et militante associative, elle est également la Présidente-Fondatrice de l’Action Centrafricaine de Développement Durable.

 

RENCONTRE

Ange Roseline Yangongo, tout d’abord, quelles ont été les grandes lignes de votre parcours académique et professionnel

Je suis née et j’ai grandi à Bangui en Centrafrique avec ma famille, où j’ai effectué mes études primaires et secondaires. Après l’obtention de mon diplôme de baccalauréat, j’ai par la suite obtenu une bourse d’étude pour le Maroc. J’y ai poursuivi mes études universitaires. J’ai conclu mes années universitaires en obtenant deux brevets de Technicien supérieur en Action Sociale et en Négociation Relation client.

Si vous deviez vous décrire en un mot…

Je vous dirais plutôt deux mots : dynamique et polyvalente. J’aime surtout prendre des risques.

Qu’est-ce qui vous a séduit et convaincu de lancer votre projet d’ONG ACDD ?

Je vais régulièrement en Centrafrique pour les vacances, et à chaque fois je fais face à certaines contraintes, je me pose toujours la même question, qu’est-ce que je pourrais faire pour contribuer au développement de mon pays ?

Une fois j’ai été acheté du manioc, le prix du manioc était tellement excessif que j’ai eu une surprenante, le manioc est l’aliment de base du Centrafricain s’il est tellement cher, tout le monde ne pourrait se le permettre.

C’est à ce moment que j’ai décidé de faire « pleuvoir » le manioc en Centrafrique tout en mettant tout le monde à contribution par le biais d’une organisation non gouvernemental basée sur l’entrepreneuriat agricole, en incluant tous les acteurs de développement pouvant contribuer à l’émergence de la Centrafrique.

Comment faites-vous pour allier vos différents rôles au quotidien ?

Disons que tout est bien classé, il y’a d’abord ma famille, puis ma vie professionnelle et mon engagement associatif. Je m’organise pour que je puisse exercer pleinement chacun de ces rôles sans que l’un n’impacte sur l’autre.

de gauche à droite : ANge Roseline Yangongo, Fondatrice ONG Action Centrafricaine de Développement Durable, et Christian Kamtchueng, Directeur de la Société Afrisia

Quelles sont vos perspectives ?

A court terme, je souhaite développer le site agropastoral de l’ACDD. Et à long terme je souhaite développer un incubateur de développement durable car nous devons agir tous ensemble pour une vie meilleure en Centrafrique.

Ange Roseline Yangongo, si l’on reste dans la Diaspora, quelle figure de cette Diaspora Africaine vous inspire ?

La figure issue de la diaspora qui m’inspire est : Fatou Diome. Elle est à mes yeux tel un prophète ; elle sait interpréter le message que nos ancêtres veulent faire passer à tous les africains.

Votre citation préférée ?

« Renoncer, avant même d’avoir essayé, c’est le meilleur moyen pour ne jamais progresser. »

Quelle place occupe l’Afrique dans vos projets ?

La Centrafrique se situe au cœur de l’Afrique, le Développement de mon pays me tient à cœur. Pouvoir mettre en valeur la culture africaine, mettre en avant les potentiels des africains, et être reconnaissante envers tous ceux ou celles qui ont donné de leur temps pour la liberté et le développement de l’Afrique.

Un message aux autres entrepreneures Afros et acteurs associatifs ?

Que pourrais-je leur dire qu’ils ne savent déjà pas ? Sinon, qu’avec humilité, leur rappeler qu’ils ont des compétences, croire en leurs valeurs. Si vous vivez à l’étranger et que vous n’avez jamais mis les pieds sur vos terres d’origine, ne vous limitez pas aux aspects négatifs allez sur place voyez par vous-mêmes. Faites de votre mieux pour atteindre vos objectifs, si cela ne fonctionne pas au moins vous aurez essayé.

Un dernier mot sur le réseau professionnel RIDAAF dont vous êtes Partenaire, ainsi que votre regard sur leur rôle média au travers de Kamita Magazine ?

Mon dernier mot irait à l’ensemble des équipes du Réseau Professionnel RIDAAF qui a cru en moi, en m’offrant cette opportunité via Kamita Magazine de pouvoir m’exprimer, dire mes mots, raconter mon histoire, mes rêves, afin de pouvoir d’une quelconque façon, influencer positivement d’autres jeunes lecteurs/lectrices qui liront cet article.

Merci à ces équipes pour leur accompagnement concret. Car il faut bien le dire, Kamita magazine nous accompagne dans nos actions de visibilité de nos projets, tout en mettant en avant nos compétences ; un projecteur qui permet au monde entier de faire la connaissance des entrepreneurs et associatifs afro-caribéens.

Au centre, Ralf Touomi, Fondateur du RDAAF -Réseau International des Diasporas Africaines et Afrodescendants ; et à droite, Ange Roseline Yangongo, Fondatrice de l’ONG ACDD -Action Centrafricaine de Développement Durable
Commentaires

Ralf Touomi

Diplômé en journalisme, j'ai fait la rencontre des Antilles en 2012 en découvrant notamment la Martinique. Depuis ce jour, j'ai découvert, à l'instar de ce qu'invite à faire Frantz Fanon, ce que serait désormais ma Mission ici-bas...

Mama Ayaba