Kamita Magazine

Alpha Omega : le single qui marque le retour tonitruant de Krys « le petit prince » du reggae dancehall français

Cela faisait bien un bon petit moment que ni ses fans, ni les mélomanes passionnés de reggae dancehall ne l’avaient plus entendu. Pour son retour, Krys, le chanteur guadeloupéen que l’on ne présente plus, revient sur le devant de la scène avec son nouveau single conscient : Alpha Oméga.

La sortie du Trouble Dance Riddim est l’évènement reggae dancehall du moment. La nouvelle production s’inscrit clairement dans la filiation des meilleures versions instrumentales que le mouvement a connu :  Savage, Axxia, Creeper…

Produit par le magicien Kultcha B connu pour son excellent travail sur la compilation San Kombin (où l’on retrouvait déjà Krys sur Pa goumé pou Fanm, mais également Féfé Typical, Ocsen, Tonekimaï), et le various artists devenu culte Hold Up (avec Krys, Boubou feat Markus Say, D Hunta, Maglight, Slikee…). Kultcha B s’est associé pour l’occasion à Green Mafia Beats du Dig Studio Music(Janik Mc et Steph Pockets 10ème Love, Joseph Cotton State of Emergency).

Le riddim s’impose donc déjà comme une des meilleurs productions 2018 ! Derrière les strass et paillettes propres au showbusiness, il faut bien rappeler que Krys fait partie de ces artistes Afrocaribéens engagés notamment auprès de la jeunesse de leurs îles.

Sources http://www.reggae.fr

INFOS PRATIQUES

Cliquez ==>>Pour télécharger le titre Alpha Oméga (pour diffusion)

CRÉDITS :
Auteur : Krys
Compositeurs: Kultcha B et Green Mafia Beats
Guitare : Rifle Frédéric
Mix : DJ Fun (Dig studio Music)
Mastering : Jeremy (La villa Master)

Contact presse : rebecca.communication@gmail.com

Commentaires

Ralf Touomi

Diplômé en journalisme, j'ai fait la rencontre des Antilles en 2012 en découvrant notamment la Martinique. Depuis lors, est née ma mission de contribuer à la création de véritables ponts entre l'Afrique, les Diasporas Africaines et les Afrodescendants Ultra-marins. Kamita Magazine est l'outil média qui apporte sa pierre à cet engagement personnel.

Mama Ayaba