Kamita Magazine

Katoudja Epalle, Créatrice de la marque ASUSU, une dame de fer aussi ambitieuse que résiliente

D’origine camerounaise, âgée de 33 ans, vivant en France, passionnée de mode et de langues, Katoudja Epalle est une femme à double casquette. Dans cette interview, elle nous évoque son engagement et vision associative, appuyée par ses projets entrepreneuriaux !

 

Entretien

Katoudja Epalle, avant de parler de votre projet, brièvement que pouvez-vous nous dire sur la femme que vous êtes ?

Qui suis-je vraiment ? Tout simplement une jeune femme qui, avec toute humilité, veut essayer de sauver le monde depuis sa tendre enfance. Célibataire, mère d’un enfant, côté professionnel, j’ai une licence en coordination de projets pour l’action sociale et humanitaire. C’est peut-être ce qui explique cet amour que j’ai envers autrui…l’autre.

Lire aussi, Cecile Bory : une étoile camerounaise Fondatrice de la marque de mode PRUNELLE PARIS

Vous avez créé en 2017 une association humanitaire afin d’aider les femmes et les enfants à s’émanciper. Dites-nous en un peu plus à propos de ce beau projet…

Il s’agit d’une association qui vise essentiellement l’Afrique. Nous avons commencé par le Cameroun parce que c’est mon pays d’origine. Alors concrètement, nous aidons les femmes et les enfants à s’émanciper autour de 5 thématiques : l’inclusion sociale, la protection mère-enfant, l’éducation, la santé et l’environnement.

Sur ce projet, nous travaillons avec l’orphelinat Notre Dame des Victoires qui accueille essentiellement les enfants de 3 à 18 ans. Les 2 premières années étaient consacrées à l’évaluation des différents projets pour savoir dans quelle mesure on pouvait aider cet orphelinat.

Sur le plan de l’éducation, lors de la rentrée scolaire de septembre 2019, nous leur avons envoyé de l’argent grâce à une levée de fonds pour scolariser ces enfants. En parallèle, on essaie de mener auprès de ces enfants, une action de parrainage.

Pour éviter de demander régulièrement de l’aide, vous décidez de créer une marque de vêtements pour valoriser les langues africaines et accessoirement, être financièrement autonome. Comment vous est venue cette idée ?

En fait, comme je ne voulais pas tout le temps demander aux gens de faire des dons, je me suis penchée sur l’oubli des langues en me disant, pourquoi ne pas créer une marque de vêtements ; des tee-shirts vulgarisant et promouvant tout simplement les langues africaines par des mots simples pour inciter la jeunesse à en savoir davantage sur l’origine des langues et à s’y intéresser. Voilà comment je créé la marque « ASUSU », qui signifie :  » langue » en Igbo.

Lire aussi, Tebello Nyokong : Femme de Science, la Sud-africaine qui se bat contre le cancer à coups de laser

Quelles sont les personnes qui vous accompagnent dans ce projet ?

Je travaille sur le projet toute seule actuellement… Mais je reste ouverte aux âmes sérieuses qui souhaiteraient m’accompagner dans cette aventure.

À quoi ressemble une journée de travail quand on est seule à bosser sur un projet aussi ambitieux ?

Il est très difficile de répondre à cette question. En général, c’est beaucoup de lecture. L’avantage c’est que tout est accessible sur internet et donc, je fouille littéralement Internet. C’est vrai que quand on est seule, c’est toujours difficile mais je suis obligée de le faire et d’être ambitieuse parce que si je ne le fais pas, on va perdre nos racines.

Katoudja Epalle, qu’est-ce qui vous passionne le plus dans la vie ?

Je suis passionnée par la poésie ; j’écris notamment des poèmes. Mais je suis  également passionnée par le bien-être d’autrui, par l’amour, la vie et la mode.

En quelle langue africaine pouvez-vous remercier nos lecteurs et lectrices pour leur confiance ?

J’aime bien le Haoussa.  » Na gode saboda dogara ». Signifiant : merci pour votre confiance…

à gauche : Ralf Touomi, Fondateur Kamita Magazine ; à droite, Katoudja Ebelle, Fondatrice de la marque ASUSU.
Commentaires

Fabrice Tientcheu

Mama Ayaba