Kamita Magazine

Djamila Bada Duhamel, Directrice Miss Niger France, raconte son parcours et sa passion

Djamila Duhamel née Hamidou Tahirou Bada, d’origine nigérienne, résidant en Normandie aux côtés de son époux, est la 3ème dans une famille de 6 enfants. Focus sur une passionnée d’hôtellerie et tourisme, Directrice projet de l’événement Miss Niger France qui se déroule le samedi 15 janvier 2022, sis 12 rue Charles Fourier – 75013 à Paris.

Miss Niger France est une compétition pour élire l’ambassadrice des femmes d’origines nigérienne en France en parrainage avec
l’ambassade du Niger en France. Cet événement est l’occasion de partager une soirée permettant de découvrir la richesse culturelle Nigérienne. La Soirée Miss Niger a 4 principaux objectifs :

  • Renforcer les liens de solidarité, d’amitié et d’entraide entre les élèves, étudiants, et stagiaires Nigériens en France.
  • Faciliter et permettre une meilleure connaissance de la culture et de l’artisanat Nigériens.
  • Organiser et animer des activités culturelles, intellectuelles, sociales et sportives pour l’ensemble de ses membres.
  • Permettre une meilleure connaissance des réalités du Niger.

J’ai eu l’honneur d’être élue 2ème dauphine Miss Niger au Burkina Faso, Au lycée j’ai participé à des concours de miss où je représentais mon école, le Lycée Issa Korombe.

Entretien

Djamila Bada Duhamel, en quelques mots décrivez-nous brièvement votre parcours

Je suis arrivé en France en 2018 poursuivre mes études et parallèlement je faisais des petits boulots en tant que hôtesse d’accueil à Paris et maintenant je suis réceptionniste, j’ai travaillé dans plusieurs hôtels différents en Afrique et en Europe.

J’ai été la chargée de sponsoring à la première édition du symposium de la diaspora Africaine au Niger en partenariat avec la première dame du Niger. J’ai consacré mes études sur ce qui me passionne : l’hôtellerie et le tourisme ; c’est qui m’a permis de beaucoup voyager.

Enfin, je suis venu achever ma licence en tourisme et hôtellerie à l’EFHT de Paris.

Vous faites partie de la FADAF -Fédération d’Associations de la Diaspora Africaine de France-, que pouvez-vous nous dire en quelques mots de cette initiative, les motivations personnelles qui vous ont poussé à la rejoindre, et en quoi consiste votre rôle au sein de la FADAF ?

Oui, je suis membre de la FADAF, organisme au sein duquel je suis chargée d’événementiel adjointe. Je suis très motivée et souhaite apporter ma pierre à l’édifice pour aider notre continent et sa diaspora à se développer.

Je pense personnellement que notre grand défi commun est de pouvoir miser sur l’éducation. Car l’Afrique a besoin du talent pragmatique de ses jeunes diplômés.

Quel regard portez-vous sur l’impact des diasporas africaines de France ?

Ces diasporas africaines jouent un rôle majeur, que ce soit sur  l’aspect culturel, leurs langues, leurs musiques et danses, leurs gastronomies. Autant de richesse à partager et à transmettre au monde entier.

Du point de vue économique, les diasporas Africaines de France démontrent ont pu démontrer à la société française leur dynamisme et leur expertise.

Au sein de la FADAF, vous représentez également une Association à titre personnel. Que pouvez-vous nous dire en quelques mots de votre association, et qu’est-ce qui relie les objectifs de votre Association à ceux de la FADAF ?

Au sein de la FADAF , je représente la structure UESNF, l’Union des Étudiants Nigériens en France, dont j’ai été la Secrétaire générale en 2020. Nous collaborons pour des événements en commun, mais ces deux dernières années d’activité ont été difficiles notamment en raison de la crise sanitaire mondiale, vous vous en doutez bien.

Pouvoir, Leadership, Popularité… S’il ne fallait qu’en choisir un, quel serait votre choix ?

Entre pouvoir, leadership et popularité, pour moi leadership et pouvoir veulent dire la même chose. Mais ma préférence se porte davantage sur le terme leadership car il me semble moins connoté négativement.

Après cette 1ère édition du Concours Miss Niger France, y a t il d’autres projets à venir portés par votre association, dont vous souhaitez en parler ?

Après la 1ere édition de l’élection Miss Niger en France, nous comptons développer des projets sur l’éducation et les aides humanitaire dans notre pays d’origine. Vous serez certainement informés de cette évolution.

Pour finir, question littéraire : quel est le dernier auteur que vous avez lu ?

Mon dernier ouvrage lu est « l’enfant noir », de Camara Laye.

Commentaires

Ralf Touomi

La passion de l'écriture m'a mené vers le journalisme. Le journalisme a guidé mes pas vers le militantisme associatif. Aujourd'hui, ma plume porte un engagement citoyen, panafricain et social.

Mama Ayaba