Kamita Magazine

Congo Na Paris : dans les starting-block, le grand Festival de la diaspora Congolaise attend le départ de sa 2ème édition

Autour de l’équipe choc de présentateurs : Sabrina Mvuala et Maklor Babutulua, Congo Na Paris est un Salon qui se décline en 5 univers : Business, Tourisme, Culture, Dynamique sociale et Gastronomie.

Congo Na Paris se veut être un lieu de rencontre annuelle, où excellence et prestige contribueront à apporter une image toujours plus valorisante de l’Afrique, par le talent des Diasporas Congolaises. Pour cette seconde édition, l’équipe organisatrice entend bien faire encore mieux que la précédente qui fut déjà une belle réussite. De belles surprises sont ainsi réservées au public, attendu nombreux.

Lire aussi, Black Business Support : entre virtuel et réel, pour un coup d’essai 3 héroïnes ont fait un coup de Reines

Loin des clichés sempiternels que nous nous abstiendrons de nommer, l’un des défis majeurs pour ce Salon qui prend de plus en plus d’ampleur et de notoriété positive, c’est de pouvoir enfin s’installer à long terme comme un interlocuteur incontournable entre les diasporas congolaises, les interlocuteurs privés et institutions internationales.

Amateur, amatrice de culture, gastronomie, tourisme, business, entrepreneuriat social, ou tout simplement passionné du Congo et d’Afrique, ne manquez pas ces deux dates : 26 et 27 Mai 2018, au palais des Congrès Paris-Est, Montreuil. Deux  journées exceptionnelles dans une totale immersion et découvertes de l’excellence congolaise !

En attendant le grand jour, vivez déjà par ce reportage, la 1ère édition 2017 du Salon Congo Na Paris.

==>> Page Facebook
==>> Site Web

Commentaires

Ralf Touomi

Diplômé en journalisme, j'ai fait la rencontre des Antilles en 2012 en découvrant notamment la Martinique. Depuis lors, est née ma mission de contribuer à la création de véritables ponts entre l'Afrique, les Diasporas Africaines et les Afrodescendants Ultra-marins. Kamita Magazine est l'outil média qui apporte sa pierre à cet engagement personnel.

Mama Ayaba