Kamita Magazine

Le syndrome des ovaires polykystiques, une maladie comme les autres mais des regards différents

En parcourant la toile, je suis tombée sur cette femme barbue, ronde, et à la pilosité excessive. En parcourant ses photos, je voyais quelque chose de plus dans son regard, quelque chose que j’avais déjà vu : le syndrome des ovaires polykystiques. Puis, j’ai commencé à lire chacun des commentaires postés sur ses photos. Je fus choquée et sidérée.

Oui ! Des commentaires désagréables, injurieux, méchants, violents, et obscènes pleuvaient de toutes parts. : « mais pourquoi a -t-elle de la barbe ? », « tu es horrible, une erreur de la nature »,   «est-ce un homme raté ? », « je te croise, je te montrerai c’est quoi un vrai homme », « est-ce un monstre ? », etc. Pourtant, ce visage, ces traits, et cette femme, m’ont inspiré cet article. Car, je connais ce dont elle souffre. Cet article n’est pas une revue médicale mais simplement une façon pour moi d’informer, de sensibiliser…

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est une maladie ou plus exactement un syndrome qui touche les ovaires. L’excès d’androgènes perturbe l’ovulation à chaque cycle menstruel et provoque la transformation des ovules en kystes. Si nous partons de la base de la composition des gènes d’un être humain, de façon grossière car nous ne sommes pas des médecins, nous savons qu’un être humain possède 50% de gènes de sa mère et 50% de gènes de son père, mais que les femmes ont plus d’œstrogène tandis que les hommes ont plus de testostérone. C’est là que le SOPK devient un problème pour les femmes, car ce syndrome entraine une forte augmentation de testostérone chez les femmes. Maladie silencieuse, c’est souvent lorsqu’elles souhaitent avoir un enfant que les femmes procèdent souvent au dépistage du SOPK.

Lire aussi, Afrikmag : une femme avec une barbe comme les hommes

Le SOPK provoque un dérèglement hormonal qui causes plusieurs problèmes. Il est la cause d’apparition d’acné tardive et sévère, il est aussi souvent responsable d’obésité, de difficultés à perdre du poids, de vieillissement prématuré de la peau, d’infertilité, mais également de pilosité excessive ou appelée hirsutisme.

D’ailleurs, le trouble le plus fréquemment lié à ce syndrome et dont souffrent 70% des femmes atteintes du SOPK est l’hirsutisme. Les poils poussent généralement sur des zones de pilosité masculine telles que le visage, le dos et le torse. En illustrations, Queen Okafor (à gauche) et Harnaam, sont les exemples mêmes de ces femmes courageuses qui assument et acceptent aux yeux du monde leur maladie.

Enfin, il existe plusieurs traitements pour le Syndrome des ovaires polykystiques, cependant il faut savoir qu’un traitement ne guérit pas de cette maladie mais peut seulement en atténuer les effets. De plus, il est important de ne pas ignorer cette maladie, car chaque femme peut en être atteinte. Alors, n’attendez plus, si vos règles sont très irrégulières, ou en cas d’absence totale des menstruations, présence d’une forte pilosité, apparition d’acné tardive, de fausses couches, de chute des cheveux. Ou encore, si vous êtes souvent dépressive, prenez du poids sans aucune raison, observez un épaississement de la peau (au niveau du cou, de l’aine, des aisselles etc…).

Alors consultez votre gynécologue pour contrôler l’état de vos ovaires, car un examen de contrôle est toujours le bienvenu. N’est-ce pas mesdames ?

Auteure : Léandra

Commentaires

Ralf Touomi

Diplômé en journalisme, j'ai fait la rencontre des Antilles en 2012 en découvrant notamment la Martinique. Depuis lors, est née ma mission de contribuer à la création de véritables ponts entre l'Afrique, les Diasporas Africaines et les Afrodescendants Ultra-marins. Kamita Magazine est l'outil média qui apporte sa pierre à cet engagement personnel.

Mama Ayaba