Kamita Magazine

Femmes de Sciences : Tebello Nyokong, la Sud-Africaine qui se bat contre le cancer à coups de laser

En Afrique, la science au féminin. A la tête du département de chimie médicinale de l’université Rhodes, la sexagénaire expérimente la technique de la « photothérapie dynamique ».

A l’écouter, il n’y a pas grand intérêt à s’attarder sur son cas. D’ailleurs, à 68 ans, elle ne fait « plus rien » elle-même : « Certains étudiants m’interdisent même de m’approcher des lasers, ils ont peur que je les casse. » Tebello Nyokong a de l’humour.

Lire aussi, Femme de Sens : Interview d’Isabelle Kancel, Spécialiste Webmarketing

A la tête du département de chimie médicinale et de nanotechnologies de l’université Rhodes, à Grahamstown, en Afrique du Sud, elle est l’une des scientifiques les plus respectées du continent africain. Sa spécialité : les lasers, précisément, qu’elle utilise pour activer des molécules capables de tuer des cellules cancéreuses.

Tebello Nyokong : « L’Afrique est en train de devenir un pôle scientifique, mais la plupart des pays manquent encore d’équipements et de financements solides »

La technique, appelée « photothérapie dynamique », consiste à injecter des molécules photosensibles au cœur d’une tumeur, puis à les exposer à un rayonnement laser afin de provoquer une réaction chimique avec l’oxygène présent dans les cellules cancéreuses, qui devient toxique. Le but : contourner les effets secondaires des chimiothérapies classiques.

Lire aussi, Locks Lovers : la thérapeute locksticienne qui allie beauté et soin kâpillaire

Le procédé fait déjà l’objet d’essais cliniques en Europe, aux Etats-Unis et en Russie. De son côté, l’équipe de Tebello Nyokong travaille sur une molécule dérivée de la teinture pour jeans. Elle rêve d’en faire le premier traitement contre le cancer né en Afrique du Sud.

Plus d’infos sur : Lemonde.fr/Afrique
Par Mathilde Boussion

Commentaires

Ralf Touomi

Diplômé en journalisme, j'ai fait la rencontre des Antilles en 2012 en découvrant notamment la Martinique. Depuis ce jour, j'ai découvert, à l'instar de ce qu'invite à faire Frantz Fanon, ce que serait désormais ma Mission ici-bas...

Mama Ayaba