Kamita Magazine

La place des médias Afros au sein de la Diaspora, entre rôles, reconnaissance et légalité

La place du Media dans la société s’avère de plus en plus centrale. S’agissant des Médias en général mais également des Médias Afros en particulier. Entre crainte, honte ou ignorance, quelle est la place des Médias Afros au sein de la Diaspora ? Que ou qui représentent-ils ? Décryptage !

Pourquoi certains médias sont-ils dits « communautaires » ? Il s’agira d’interroger, d’abord, ce que sous-tend cette expression et ce qu’elle dit, s’agissant les « communautés médiatiques ». Si le modèle économique et l’orientation éditoriale de ces médias, ou de certains d’entre eux, ne sont pas exempts de toute critique, l’on s’attèlera par ailleurs à analyser les fondements ou orientations des médias dits Afros.

Communautaire, le terme qui fait peur ! Cette crainte est bien visible chez certains afrodescendants qui se sont lancés dans la création de médias, puis s’attribuent le nom « médias afros » sans savoir pourquoi ils le faisaient ; sans pour autant qu’ils sachent même quels en sont les devoirs et responsabilités. On ne s’étonnera plus aujourd’hui de voir certains médias se disant Afros qui affichent très régulièrement  par contre une image polissée de « média de la diversité » ; ceci pour des raisons implicites liées à des subventions. Dès lors, la question de la légitimité ou reconnaissance légale du statut de média Afro par les instances politiques des pays d’accueil peut-elle avoir un poids réel sur le champs de travail de média communautaire ? Sont-ce les populations et communautés qui plutôt devraient-elles impulser la dynamique et forcer le respect des médias afros vis-à-vis des politiques des pays d’accueil dans lesquels ils sont installés ? Chacun pourra se faire une réponse…

Kossi Modeste, Fondateur de Afro Cooking, 1er magazine des Cuisines d’Afrique et d’Outre-mer

Mais il faut savoir par exemple que la notion de média communautaire est reconnue en Belgique et au Quebec ; et des lois prévoient d’encourager la structuration de ces médias communautaires. Alors, quid de la France et autres pays en Occident ? Est-ce que parler de média afro est il synonyme de communautarisme ? Est-ce par effet de mode de voir certains non initiés au journalisme se proclamer médias afros tandis que face aux politiques locales, c’est le visage de « Diversité » qu’ils mettent en avant…

Doit on à tout prix enduire le média Afro du terme « Diversité », si l’on veut s’éviter d’être taxé de Communautariste et craindre le refus de petites subventions de fonctionnement que pourraient mettre à dispositions certains politiques, confortant ainsi tel responsable de média dit Afro dans un larbinisme sans pareil.

Fati N’diaye, Fondatrice Blackbeautybag, journal de bord dédié à la beauté des femmes noires et métissées

Se positionner en média Afro, c’est poser un véritable acte d’engagement

Le fait que le journalisme est une profession ouverte qui ne contraint pas à posséder des diplômes pour en faire partie ou de prétendre journaliste, conduit implicitement à cette absence de vision et de crédibilité que l’on perçoit malheureusement chez certains « confrères/consoeurs » de la diaspora. Ceux là pour qui la notion de média Afro est davantage un « concept » de mode qui leur permet de surfer sur le néo pseudo panafricanisme, mais en ignorant l’essentiel des droits et devoirs que confère l’idée ou la stature du média Afro.

Il est donc urgent aujourd’hui si les médias Afros veulent être reconnus par voie légale dans la société européenne dans laquelle ils vivent, qu’il puissent s’organiser et de veiller à ce que l’appelation média Afro obéisse à des critères professionnels bien précis et non juste à servir de prétexte pour des orgueils et ambitions égocentriques enfouis. Il est clair que le respect du statut de média afro ne passe pas par l’obtention de diplômes de journalistes. Il revient à chaque responsable de média de s’informer sur les outils véritables et les aspects déontologiques de cette profession, tout ceci rajouté aux paradigmes culturels propres aux diversités culturelles des populations afrodescendantes. Nous sommes tous des médias.

Roots Magazine

Pour des raisons historiques connues de tous qui justifient l’installation depuis des décennies de fortes communautés afrodescendantes en Occident, au regard de l’actualité médiatique en Occident où très clairement les communautés afrodescendantes sont invisibilisees dans les médias traditionnels, créer un média Afro ne doit pas être un luxe ou un effet de mode. Dans ce contexte particulier, se positionner en média Afro c’est poser un véritable acte d’engagement. On s’engage non pas autour du communautarisme, mais on choisit la question communautaire du média Afro après constatation de l’abandon de cette question par les autorités politiques.

Christian Dzellat, Fondateur Nofi média, Co-fondateur du Magazine Negus

Et parce qu’il est impérieux de sortir des lamentations, parce qu’il faut s’élever et montrer une image meilleure, méliorative, de ce que représentent les populations Africaines & Caribeennes dans l’espace sociétal occidental ou français en particulier, parce qu’il ne faut plus attendre que ce soit essentiellement France 2, TF1, M6, Bfm-Tv, etc. qui viennent mettre de la lumière sur nous, le devoir et la responsabilité appellent tout responsable qui se positionne en média Afro, à adopter une attitude professionnelle pour mettre en Lumière les Talents Afros de la Diaspora.

Avoir comme objectif cible la promotion de l’Excellence Afro ne signifie pas fermer ses missions journalistiques au public occidental Blanc. En même temps, s’intéresser également aux Talents occidentaux ne signifie pas faire l’apologie à tout prix d’une « Diversité » comme concept qui doit juste noyer la couleur Noire du paysage « culturel » Blanc. Stop à l’effet de mode « Média Afro ».

Pour continuer à approfondir cette réflexion sur le rôle des médias Afros, une conférence a lieu ce 22 avril 2017 à Paris organisée par l’Afro Team, avec pour thématique : les médias afros font-ils le boulot ? En attendant les réponses qui suivront de cette conférence où seront présents bon nombre de responsables de média afros de France : Nofi, Blackbeautybag, Negronews, etc….Nous en appelons à l’engagement, la responsabilité, crédibilité et légitimité journalistiques de tous. Et comme disait Claudy Siar :

Tant que la communauté Afro ne contrôlera pas sa communication et son information, son image sera toujours peu conforme à la réalité

Claudy Siar, Figure incontournable des Médias Afros, Fondateur de la chaine Tropiques FM

RENDEZ-VOUS KAMITA MAGAZINE

Organisée par l’Afro Team : Conférence Samedi 22 avril 2017 à Paris : les médias afros font-ils le boulot ?

Commentaires