Kamita Magazine

Oui ou Non à l’esclavage des Noirs en Libye, Jean-Paul Pougala dénonce une indignation sélective des Africains

Depuis le 17 novembre où la chaîne télé américaine CNN a diffusé une enquête démontrant des actes d’esclavage en Libye, de toutes parts dans le monde et encore plus sur la toile, indignations, colère, révoltes, sont le lot des expressions. Chacun y a son mot à dire. Mais face à ces comportements, l’économiste camerounais, Jean-Paul Pougala a dévoilé son analyse ! Une fois de plus, celui qui est habitué à susciter des polémiques par sa franchise, ne laissera certainement pas tout le monde insensible…

Quel est ce peuple aussi naïf qui croit résoudre ses problème par incantation avec des marches, les manifestations ou les pétitions ? Sont-ils en toute bonne foi convaincus que le fait d’afficher « Non à l’esclavage » va résoudre le problème de l’esclavage des Noirs quelque part ? Mais c’est tout de même curieux de remarquer plusieurs éléments troublants :

1) Ceux là qui manifestent aujourd’hui devant les Ambassades de Libye sont les mêmes qui me traitaient en 2011 de soutenir un Dictateur (Kadhafi) alors qu’ils appuyaient tous les pays dits démocratiques qui bombardaient la Lybie pour y exporter la démocratie. Dommage qu’au moment où ils manifestent aujourd’hui, personne ne leur a expliqué qu’en fin 2017 en Lybie, il n’y a toujours pas un Etat de Droit viable. Que l’Etat appartient à 3 factions rivales et l’Occident a choisi une des 3, à qui il a donné les sièges diplomatiques. Il n’y a donc aucune autorité reconnue par tous, pour assumer les responsabilités de ce qui se passe dans ce pays.

2) Ceux-là qui manifestaient hier samedi à Paris à Londres ou à Berlin, sont les mêmes qui des mêmes villes expliquent à qui veut les écouter que l’Afrique est infestée de présidents criminels, que l’Afrique est un enfer invivable d’où il faut fuir le plus lointain possible. Et maintenant que de nombreux jeunes leur donnent raison et vont mourir tous les jours dans la mer Méditerranée, cela ne leur pose aucun problème de conscience. Il a suffi d’une image de l’agence de presse Associated Press (AP) montrant le résultat de leur forfait en Lybie, pour les amener se renier à travers ces manifestations complètement incohérentes par rapport à ce qu’ils ont toujours affirmé. C’est bien eux les premiers complices de ce qui se passe, pour le fait d’avoir incité ces jeunes à partir.

3) Ceux là qui fanfaronnent sur les réseaux sociaux avec des phrases du genre « Non à l’Esclavage en Lybie » sont les mêmes qui m’insultent tous les jours lorsque je leur dis que l’islam et le christianisme sont des religions esclavagistes et qu’un Noir qui se prosterne dans ces 2 religion est un insensé. Jusqu’aujourd’hui, dans la langue arabe, il n’existe aucun autre mot pour désigner le Noir que « Esclave » et les Noirs qui vont en Pèlerinage à la Mecque le savent et l’assument comme des sous-hommes. Comment les mêmes sont-ils aujourd’hui surpris que ce sont les musulmans qui sont en train de faire la vente aux enchères des Noirs et les clients, sont bel et bien d’autres musulmans.

Le reportage de CNN qui a crée l’effet boule de neige…

4) Ces gens qui s’indignent tant aujourd’hui du sort réservé à nos frères et sœurs en Lybie, sont les mêmes qui m’insultent tous les jours, lorsque j’écris que le paradis c’est chez nous et que cela ne sert à rien de partir de l’Afrique pour aller souffrir dehors. Ce sont les mêmes qui me répondent que pourquoi mes enfants ne rentrent pas étudier à Yaoundé ? que pourquoi je parle et moi-même je reste dehors ou que c’est bien beau ce que je dis, mais qu’ils veulent aller voir cela eux-mêmes. Le drame est qu’on ne peut pas empêcher quelqu’un qui a décidé de se suicider de le faire. Lorsque je les mets en garde, c’est bien parce que j’ai fait tous ces parcours, je suis en mesure de comparer différentes situations sur 4 continents que je visites tous les mois et de conclure à juste titre que cela ne sert à rien de se lancer à l’eau si on ne sait pas nager. Même si quelqu’un me réponds que pourquoi moi qui parle reste bien au chaud sur un yacht en pleine mer.

5) Ces gens qui s’indignent aujourd’hui de l’esclavage des Noirs en Lybie sont bien muet du même esclavage des mêmes noirs, cette fois-ci en Italie et en Espagne. Aujourd’hui, dans le sud d’Italie, la mafia se frotte les mains, puisqu’elle arrive à placer les esclaves noirs, pardon, les migrants noirs dans les plantations pour les récoltes d’oranges, de tomates, de tabac etc. tout à fait gratuitement. Et celui qui se rebelle est tout simplement assassiné pour donner l’exemple aux autres. Et personne ne se plaint, surtout pas les champions africains de la démocratie qui critiquent nos dirigeants politiques depuis l’occident. C’est tout de même curieux qu’ils s’indigne pour un esclavage certainement ponctuel en Lybie et sont complètement amnésique sur le pire des esclavages dans les plantations du sud de l’Italie et de l’Espagne.

Que faut-il retenir ?

Dieu n’existe pas et donc, l’enfant ne peut pas être un don de Dieu. L’enfant doit être le fruit d’une décision bien murie. En Afrique, les gens doivent apprendre à faire moins d’enfants et s’en occuper. On ne peut pas faire des enfants comme des lapins et après s’indigner de la conséquence que cela génère lorsque ces enfants se mettent sur la route du départ d’un hypothétique paradis en Occident.

Avant-hier, avec des amis, j’ai déjeuné sur le bord de mer dans la cité balnéaire italienne de Sanremo. Nous étions assis sur une terrasse au bord de la plage. En 1 heure, on a reçu une trentaine d’africains Noirs, nous proposant des pacotilles que personne ne voulait. Mais le plus insupportable était qu’on avait un rendez-vous urgent à 14h du coté de Monaco et toutes ces interruptions intempestives, nous ont amené à prier nos interlocuteurs de déplacer le rendez-vous à un autre jour. C’est honteux toute cette scène des africains qui courent souffrir en Europe. Comment vous-vous que les européens qui subissent une telle agression en viennent à nous respecter ? L’esclavage libyen ne les préserve et les ralentit de la souffrance qui les attend en Europe de toutes les façons.

Conclusion

A mon avis, je crois qu’il est irresponsable pour des adultes de faire croire aux plus jeunes que leur village est un enfer, que leur pays est invivable et qu’ils sont pauvres parce que les politiciens sont tous des corrompus. On n’a pas besoin de passer par des études d’économie pour savoir qu’on devient pauvre pour 2 raisons : soit on est fainéant et on ne fournit pas suffisamment d’effort pour produire suffisamment de richesse, soit on produit mais on le dépense mal ou bien on dépense plus que ce qu’on produit (le cas de nos Etats).

Jean-Paul Pougala

Les africains sont le seul peuple aujourd’hui qui alimentent sur les réseaux sociaux et partout la propagande contre leur image. Hier c’est eux qui ont permis au monde d’entier de découvrir un inconnu chinois qui avait fait une exposition sans valeur, comparant les africains aux singes. Aujourd’hui, ils font à ce point confiance aux images d’un prédateur qu’ils s’y accrochent pour mener leur enième inutile croisade, sans se demander, un seul instant pourquoi on a subitement décidé de leur servir en pâture les libyens et non les espagnoles ou les italiens qui font exactement la même chose, tous les jours, des migrants africains.

Pour finir…

Dans une mise en scène Hollywoodienne, on a décidé de nous amener à valider un mensonge raciste qui dit que les africains n’ont pas eu besoin d’attendre les européens pour pratiquer l’esclavage. Ainsi avec leurs marches et pétitions, ces africains naïfs sont en train de dédouaner les européens de leur responsabilité dans le crime le plus violent de l’histoire de l’humanité : 4 siècles d’esclavage + 1 siècle de colonisation.

Nous allons tous à la même école, africains, européens, asiatiques, arabes. Nous faisons tous les mêmes mathématiques, économie, biologie etc. Mais à côté de l’école, il y a quelque chose que c’est chacun qui l’ajoute et qui au final crée toute la différence et cette chose c’est la culture. Sans la culture, il n’existe aucune ouverture d’esprit. Les Noirs sont pour la plupart abrutis par l’ignorance créationniste (Islam et christianisme). Ce manque criant de culture les rend forcément très émotifs, incapables de prendre du recul par rapport aux situations qu’ils ont devant eux. Et qui très souvent nuit à leur image sans résoudre le problème pour lequel ils croient se battre. Si cela avait été des européens pris en captivité, on peut parier que personne de nous n’aurait été au courant. Les africains sont convaincus que poser un problème en publique sur les réseaux sociaux, c’est le résoudre.

Aujourd’hui, ils manifestent contre un pays qui n’existe pas. Pourquoi donc ne pas aller manifester sous les fenêtres de Obama, de Sarkozy et de Cameron qui ont crée de fait la situation déplorable dans laquelle est plongée la Libye d’aujourd’hui et dont c’est toute l’Afrique qui en subit au final les dégâts collatéraux ? Je leur suggère aussi, pour être cohérent avec eux-mêmes, d’aller aussi manifester contre Ali Bongo au Gabon, Jacob Zuma en Afrique du Sud et Goodluck Jonathan au Nigéria qui ont permis avec leur 3 voix sans lesquelles le Conseil de Sécurité des Nations Unies n’aurait jamais autorisé la destruction d’un pays africains avec son guide Kadhafi. Ont peut accumuler tous les diplômes du monde, mais si vous n’avez pas la culture qui va avec, vous êtes un lettré ignorant.

Dire qu’on est pour ou contre l’esclavage est de la pure fanfaronnade, puisque non seulement cela n’apporte aucune solution, mais pire : cela ne change en rien l’équation qui est posée. Il ne sert à rien de pleurnicher ou de s’indigner. Il faut agir. Que chacun dise plutôt ce qu’il est en train de faire pour que cela ne se reproduise plus. J’ai choisi avec mes jeunes industriels africains du Rinvindaf Douala-8, de changer de stratégie de défense et désormais de passer à l’offensive dans la guerre économique qui nous oppose à l’Europe. Just wait and see.

Source : Jean-Paul Pougala, Batié le 19 Novembre 2017

Commentaires
Mama Ayaba