Kamita Magazine

Ô Féminin : Sarah Etongue, à l’ombre du show-business, l’incroyable Histoire d’une Icône Africaine

Dans mon pays, elle est célèbre. Au pays de Roger Milla, Sarah Etongue est une icône, mieux, une Légende. Pas de la musique, encore moins du cinéma. Alors, qu’est-ce qui la rendrait célèbre ?

Sarah Etongué est tout simplement la Star du « Char des dieux », la plus haute montagne du Cameroun ; plus connue sous le nom de Mont Cameroun. Une montagne haute de 4100 m d’altitude. Certaines disent qu’elle est la reine des montagnes. Fille des montagnes, indétrônable coureuse. D’autres, qu’elle est tout simplement la légende vivante du char de Dieu, record women des victoires.

Sarah Etongue maîtrise cette montagne comme sa poche. A sept reprises, Sarah s’est hissée à la tête du char des dieux. Sept fois. Lorsqu’en février 2013, la « mama » des montagnes, après quatre années de retraite a annoncé qu’elle se représentait à nouveau à la 17ème course de l’espoir (ascension du mont), le Cameroun a tremblé.

« Je me suis dit qu’à 47 ans, Sarah Etongue risquait de perdre sa vie. Je n’étais pas la seule. Des chefs traditionnels et bien d’autres craignaient pour sa vie ». Il a fallu l’intervention des autorités sportives du pays pour calmer les esprits. Des tests médicaux ont été effectués. Et comme pour démontrer à ceux qui doutaient d’elle, Sarah a montré qu’elle demeurait une légende.

Elle est sortie 2ème dans une course d’environ 600 athlètes, avec un chrono de 5h 44mn 41sec, à 12 minutes de Ngwaya Yvonne, âgée de 25 ans. « Lâchée par le poids de l’âge », peut-être? N’empêche qu’elle a été la vraie star de la course. Comme toujours, elle a ravi la vedette à toutes ses concurrentes, toutes jeunes. Tous les regards étaient tournés vers elle. Tous les encouragements étaient pour la reine Sarah. « La mater qui refuse de se reposer (bientôt quinquagénaire) était la principale attraction de la course du stade Molyko de Buéa dans la région du Sud-ouest.

La fille des montagnes respectée…aura sa maison, un cadeau

Sarah Etongue / Inauguration de sa maison, par le Président de la Fédération

C’est qu’au Cameroun, Sarah fait partie des Légendes vivantes. Des personnalités inoubliables. En 2003, je me rappelle d’une interview qu’elle avait accordée à la radio nationale. Nous étions alors à la veille de la course. « J’ai perdu mon père il y a juste deux mois et je ne pense pas être psychologiquement assez armée, surtout que je n’ai pas pu m’entraîner suffisamment », disait-elle. Et malgré tout, elle remportait son sixième titre.

Elle avalait la montagne en 4 heures 21 minutes, un record, le sien, la fille des montagnes! Et la septuple championne de la course internationale de l’espoir a le respect de tous. Pour sa performance incroyable, Sarah a reçu une enveloppe de 2 millions de F.Cfa. Et une maison sera construite pour cette légende. Pour la pose de la première pierre, l’Etat du Cameroun, a déjà déboursé la somme de 5 millions. C’est qu’il est difficile de ne pas le faire pour cette mère de sept enfants qui a risqué sa vie pour cette course: « En 2008, ceux qui avaient peur pour ma vie, m’ont demandé de laisser mais, en retour, ils ne me donnaient rien pour survivre. C’est cette course qui est mon salaire, elle me permet de vivre et nourrir mes enfants »

Il n’y aura jamais deux reines du char des dieux

Née à Buea, sur le flanc du Mont Cameroun, Sarah Etongué s’y entraîne régulièrement. Elle a été couronnée pour la première fois en 1996. Sarah habite d’ailleurs à quelques mètres de « ses montagnes » qui n’ont plus de secret pour elle, Sarah les connaît si bien. Pour Ngwaya Yvonne, la nouvelle princesse des montagnes, Sarah sera toujours l’unique. « Il n’y aura jamais deux reines pour le char des dieux », explique celle qui vient d’être Championne pour la 4ème fois consécutive de la course de l’espoir. Comme quoi Sarah sera toujours la Reine du char des dieux, la fille des montagnes…

Source : Josiane Kouagheu, Journaliste

Février 2017, l’ancienne championne de l’ascension du Mont Cameroun, Sarah Liengu Etongue, 50 ans, a de nouveau pris le départ de cette épreuve d’alpinisme
Commentaires

Ralf Touomi

La passion de l'écriture m'a mené vers le journalisme. Le journalisme a guidé mes pas vers le militantisme associatif. Aujourd'hui, ma plume porte un engagement citoyen, panafricain et social.

Mama Ayaba