Kamita Magazine

Festival EURAFRICLAP : la légende Dom Pedro vous révèle pourquoi vous ne devez pas manquer cette 5ème édition

La 5ème édition du Festival « Une semaine Eurafricaine au cinéma » 2019 ouvrira le 10 juin au Studio des Ursulines à Paris 5ème .Sous la présidence de la bouillante Claude Fischer-Herzog, l’événement est piloté par son compère, le fidèle Jacques Bosc, épaulé par les solides membres du Staff. Pour cette année, le thème retenu est : « Regards croisés sur les migrations ».

Fidèle à elle-même, l’équipe du Festival plante son Quartier Général à l’endroit habituel : le Studio des Ursulines à Paris. S’y tiendront, parmi les événements programmés : musique, projections, rencontres, débats avec des invités prestigieux.

L’ambition de cette édition est d’entendre d’autres voix, en essayant de bouleverser nos imaginaires avec l’espoir de refaire le monde. C’est aussi l’occasion de prendre le temps de changer le regard suspicieux de certains autochtones mal intentionnés sur l’immigration. L’engagement des organisateurs nous permet de prendre conscience de l’importance des enjeux de notre futur commun.

Issus de la société civile et animés par une vision humaniste, ces derniers ont vite compris que ce ne sont pas les quelques fils barbelés posés de par les frontières qui feront reculer les migrants. Partis depuis l’Afrique, franchir les forteresses naturelles et/ou artificielles mises en place par des Etats divers ne pèsent plus ; l’inviolabilité des frontières entre le continent-mère et l’Europe n’existe plus.

D’après les statistiques, on estime qu’il y aura au moins 2 milliards d’Africains en 2050 et 4,5 milliards en 2100

Dans les pays d’accueil, la présence de ces nouveaux venus incite à la redéfinition des identités politiques selon leur zone géographique donnée. En consolidant et en renforçant des mesures sécuritaires qui ne tiennent aucunement compte de l’évolution du monde, aujourd’hui ces Etats manifestent leur incapacité à trouver des solutions.

D’autant plus que, d’après les statistiques, on estime qu’il y aura au moins 2 milliards d’Africains en 2050 et 4,5 milliards en 2100 ! Si rien n’est fait dès aujourd’hui pour panser les maux du continent, on pourra ériger tous les grillages, toutes les murailles possibles, rien n’empêchera l’arrivée de ceux déterminés à immigrer.

Flashback sur la Troisième édition du festival « Une semaine Eurafricaine au cinéma » qui s’est déroulé du 12 au 18 juin 2017 au Studio des Ursulines et aux 5 Caumartin à Paris

 

De par sa programmation, Eurafriclap tend à mieux faire comprendre aux citoyennes et citoyens les migrations dans l’hexagone via les analyses des « spécialistes » et des participants sur un sujet qui, d’année en année, demeure brûlant. S’intéresser à l’autre permet de se faire une idée précise sur ce qu’il est, ce qu’il vaut et peut-être aussi le sens de ses actes. « Si la richesse ne va pas vers les hommes, les hommes iront (naturellement) là où est la richesse », disait en son temps le démographe français, Alfred Sauvy.

Voilà une des raisons d’être de la 5ème édition du Festival d’Eurafriclap, dont la direction m’a fait l’honneur d’en être le Parrain. Célébrons donc ce moment où, à partir de ce tremplin, nos voix vont résonner à travers les ondes invisibles de l’Humanité grâce justement aux œuvres visibles programmées tout au long de ce festival.

Source : Dom Pedro, réalisateur angolais, Parrain du Festival

Site Web du Festival

Commentaires

Ralf Touomi

Diplômé en journalisme, j'ai fait la rencontre des Antilles en 2012 en découvrant notamment la Martinique. Depuis ce jour, j'ai découvert, à l'instar de ce qu'invite à faire Frantz Fanon, ce que serait désormais ma Mission ici-bas...

Mama Ayaba