Kamita Magazine

Yemi Alade et Angelique Kidjo livrent une merveille: « Shekere »

Après différents singles à succès tels que « Home », « Give Dem » , « Vibe ou encore « Shake », Yemi Alade est de retour en force avec le tube Shekere qui est un fruit de la collaboration avec la diva béninoise Angélique Kidjo. Le clip est un mélange de sonorités africaines et modernes.

C’est avec la chanson « Shekere » que la Nigériane Yemi Alade et la diva Béninoise Angelique Kidjo représentent la femme africaine par excellence, révèle le site web générations.fr. Avant d’ajouter comme commentaires : elles sont belles, classes et affirmées. La complicité entre ces deux artistes est indéniable. Un pur délice des yeux et des oreilles.

Bénin Web Tv explique clairement « Shekere » avec ces mots : « la chanson tire son nom de l’instrument ressemblant à un tambourin joué dans diverses régions du continent. Alade et Kidjo proposent des paroles de bien-être en anglais et en yoruba sur la production remplie de cordes de la chanson. La chanson optimiste comprend également des interprétations du classique de Kidjo « Wombo Lombo » de 1996. Dans la vidéo, on voit Yemi Alade chanter en solo avant d’évoluer dans un duo stellaire avec l’emblématique Angélique Kidjo qui chante également dans sa langue natale du Bénin sur le groovy DJ Coublon », écrit Bénin Web Tv.

Yemi Alade est pour la journalisre Ginette Mupanda, l’une des artistes africaines de cette nouvelle génération. Cette dernière ajoute d’ailleurs que l’auteure compositrice et chanteuse nigériane afropop a su durant ces dernières années, imposer son style original. Et surtout, ses collaborations artistiques ont été bien choisies. Ses clips sont toujours très colorés, conclue la journaliste.

Regardez ce bijou:

Commentaires

Glodie Mungaba

Reporter à Stampmedia, un média flamand et Congoforum, Il est fier de ses années d’expérience dans la presse. Curieux et ouvert d’esprit, Il n’hésite pas à côtoyer différents professionnels des médias. Ces différentes rencontres constitueront pour lui l’élément déclencheur de son désir de bien écrire « le fait de côtoyer des spécialistes de la presse a suscité en moi le goût de faire et de bien faire ce métier ».

Mama Ayaba