Kamita Magazine

Suicide culturel : par Canal+, Bolloré ouvrira sa première salle de spectacles au Cameroun

Le groupe Canal+ ouvrira sa première salle de cinéma et de spectacles au Cameroun à l’été 2016.

Selon le média en ligne investiraucameroun, la première salle de cinéma et de spectacles au Cameroun ouvrira à Yaoundé cet été. L’information est révélée par le groupe Canal+ dans un mail adressé à ses abonnés. Dans ce courriel, les clients de Canal+ sont invités à participer à une grande enquête sur leurs préférences en matière de cinéma et de spectacles : «Votre contribution nous permettra de proposer une programmation et des évènements qui répondent à vos envies», précise Canal+. De bonnes sources toujours selon le média en ligne investiraucameroun, après Yaoundé, la capitale camerounaise, Canal+, dans le cadre de son programme d’investissement dans l’industrie culturelle en Afrique, ambitionne de construire au moins deux autres salles de spectacles au Cameroun,  et de cinéma principalement dans les villes de Douala et de Bafoussam.

Il faut le rappeler, le Cameroun ne compte plus aucune salle de cinéma depuis le mois de janvier 2009 après la fermeture du cinéma Abbia à Yaoundé et du cinéma le Wouri à Douala. Les décideurs de la politique culturelle au Cameroun ont ainsi abandonné et échoué dans leurs missions régaliennes. Quand on sait la place qu’occupe la culture pour chaque peuple, pour chaque civilisation, voir à quel point certains responsables politiques en Afrique délaissent ce patrimoine, ce pourrait être considéré comme un suicide collectif encouragé par des charlatants véreux.

Pourquoi nous battons-nous ? Si ce n’est afin de préserver notre culture

Canal+ ouvrira donc bel et bien sa première salle de cinéma et de spectacles au Cameroun cet été. L’information en elle-même n’est pas scandaleuse. C’est une bonne chose certainement pour de nombreux engagés dans l’art du spectacle au Cameroun. Non ! Le scandale n’est pas qu’une fois de plus un industriel occidental vienne s’approprier un modèle économique en Afrique. Le scandale c’est de savoir que notre classe dirigeante africaine ne fournit aucun effort pour s’assurer elle-même des valeurs culturelles de son peuple, de sa jeunesse, de sa nation. Il reviendra donc à Bolloré d’éduquer la jeunesse camerounaise… Bolloré !

Quand on a demandé à Winston Churchill de couper dans le budget des Arts pour l’effort de guerre, il a répondu : « Alors pourquoi nous battons-nous ? Dans le même sens, l’écrivain congolais résidant en Belgique, Momi M’Buze a commenté lui aussi cette information, de façon concise et pertinente. « La guerre culturelle : la plus meurtrière de toutes les guerres car ele touche aux fondations premières du paradigme ».

INFO PRATIQUE

Site Web Investir Au Cameroun

Commentaires
Mama Ayaba