Kamita Magazine

Un jour un Acteur, Ferdinand Fortes : l’étoile capverdienne du Cinéma français

Ferdinand Fortes a fait ses débuts sur les planches à l’Atelier de Recherches et de Pratiques Théâtrale de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, avant d’être reçu au concours d’entrée à l’Ecole Nationale Supérieure d’Art Dramatique de Montpellier où il suit une formation pendant 3 ans. (Crédit photo de couverture : Jeremy B Williams)

Après sa formation à l’ENSAD de Montpellier, Ferdinand Fortes s’inscrit en Licence d’Arts du spectacle à l’Université Paul Valéry Montpellier III et valide ce diplôme.

Polyvalent, il a joué aussi bien au théâtre, Le mariage de Figaro de Beaumarchais, Caligula d’Albert Camus, Homme pour homme de Bertolt Brecht, Triptyque Koltès de Bernard M Koltès, M. de Pourceaugnac de Molière… que dans des courts-métrages, des séries et des téléfilms pour France Télévision parmi lesquels, Le bon samaritain, Candice Renoir , Clemenceau, Crime en Lozère, Crime à Aigues Mortes, Bus non stop, N’oublie pas de raccrocher…

 

Au cinéma il fait une apparition dans le long-métrage de Roschdy Zem « Persona non grata » et obtient le premier rôle dans « Que le père soit » un long métrage de Clarence Thomas Delgado.

 

Parallèlement à sa carrière de comédien, Ferdinand Fortes s’est rapidement tourné vers la radio. Il a animé plusieurs émissions et chroniques, « Filigrane imprécis », « Accointance à distance », « Vous parlerez de nous comme d’un rêve ».

Il est l’auteur de Horizon Nègre, une chronique radiophonique sur la poésie africaine et caribéenne, une chronique diffusée sur RFI (radio France Internationale) de septembre 2013 à octobre 2016.

Ferdinand a également dirigé et produit pendant 9 ans, Le Festafilm –Festival du cinéma lusophone et francophone- qu’il a créé en 2006.

Aujourd’hui, il travaille à l’élaboration d’une chronique pour Radio France Internationale (RFI) et une série pour la télévision. Mais son plus grand projet actuel est préparation, il s’agit d’un grand festival de cinéma qui contribuerait à la valorisation des cinémas d’Afrique et cinéastes africains².

FILMOGRAPHIE & THEATRE

Cinéma : « Que le père soit » de Clarence Thomas Delgado, rôle principal en 2018)

Court-métrage : « Jour de fête » de Somaïla Koly en 2017 – « Putain le chat » de David Faure en 2015 – « Le fauteuil » de Makha Bao Fall en 2012 – « La dernière mission » de Michel Gervais, et « N’oublies pas de raccrocher » de Blaise Bouayi en 2011 – « Real tue vie » de Remi Mouret en 2005 – « Kevin et Jonathan » de Blaise Bouayi et Renaud Duprès en 2004

Télévision : « 3ème nuit du Palmashow » de Jonathan Barré en 2016 – « Crime à Aigues Mortes » de Claude Michel Rome en 2015) – « Crime en Lozère » de Claude Michel Rome en 2014 – « Candice Renoir » (saison 1 à 5) de Nicola Picard-Dreyfus, Stéphane Malhuret, Olivier Laneurie, Christophe Douchand 2012 à 2016 – « Le bon samaritain » de Bruno Garcia en 2011

Théâtre : « Neverland » de & Msc. David Leon en 2017 – « Nous étions assis sur le rivage du monde » de José Pliya, Mise en scène Bernard Laborde et « Lisboètes » spectacle musical et théâtral sur le Fado, Mise en scène Ferdinand Fortes »… etc.

Découvrir l’essentiel des performances théâtrales de Ferdinand Fortes sur son SITE WEB

Source : ferdinandfortes.nawak.com

 

Commentaires

Ralf Touomi

Diplômé en journalisme, j'ai fait la rencontre des Antilles en 2012 en découvrant notamment la Martinique. Depuis lors, est née ma mission de contribuer à la création de véritables ponts entre l'Afrique, les Diasporas Africaines et les Afrodescendants Ultra-marins. Kamita Magazine est l'outil média qui apporte sa pierre à cet engagement personnel.

Mama Ayaba