Kamita Magazine

La ruée vers l’or : PME françaises et banques à l’assaut de l’Afrique

Société générale et la banque publique d’investissement ont signé une convention de partenariat visant à favoriser le développement des PME et des ETI françaises en Afrique. Un accompagnement inédit pour les y aider à entreprendre et dynamiser leur activité.

C’est une information du journal français Le Figaro, à la recherche de nouveaux marchés à l’exportation, les PME, les ETI envisagent parfois l’éventualité d’une aventure africaine. Une relative proximité géographique, une langue parfois commune et un développement démographique sans équivalent offrent des perspectives qu’il est difficile d’écarter. La Société générale et la Banque Publique d’investissement France ont décidé de s’associer pour tenter de leur faciliter la tâche.

Lire aussi : TOP Kamitamag, sélection des 23 Talents qui symbolisent le Made In Cameroon

Frédéric Oudéa, directeur général de la banque et Nicolas Dufourcq, patron de l’établissement public, ont signé ce mercredi 20 septembre 2017 à Paris une convention de partenariat destinée à aider les chefs d’entreprise désireux de partir à l’assaut du continent noir. «Concrètement il s’agira d’organiser des missions d’accompagnement, des voyages d’information, explique Frédéric Oudéa, l’enjeu est de renforcer les liens bancaires, de sécuriser le financement, sans oublier de former des entrepreneurs africains. Nous devons créer une véritable Route de la Soie à l’Européenne en Afrique».

Cet effort vers l’Afrique est fondamental. «La France ne cesse d’y perdre des parts de marché», indique Nicolas Dufourcq qui aime rappeler que la forte croissance africaine devrait permettre de créer 500.000 emplois en France à part de marché égale. Hélas, les présences chinoises, indiennes ou même d’autres pays européens malmènent les intérêts français.

Quid du rôle des banques africaines envers les Diasporas Africaines ?

Cette information devrait sonner tel un signal d’alarme annonçant l’arrivée d’un cyclone. Pourtant, tandis que les anciens Etats coloniaux continuent de faire main basse en silence sur l’Afrique et ses richesses, les responsables politiques africains font preuve d’un mutisme sans nom. Aujourd’hui les Diasporas Africaines représentent un poids économique désormais indispensable quel que soit le territoire africain. Ces Diasporas pour la plupart du temps esseulées n’hésitent néanmoins pas à contribuer massivement à l’amélioration des conditions de vie de leurs familles demeurées sur le continent.

Lire aussi : 14ème édition du Forum International des Entreprises Africaines  à Paris

Pour bref rappel, selon le site en ligne Investir au Cameroun, au Cameroun par exemple les transferts d’argent de la diaspora ont culminé à plus de 585  milliards de francs CFA en 2015. A quand l’avènement d’une banque africaine qui manifestera publiquement son soutien financier à sa Diaspora ?

Commentaires
Mama Ayaba