Kamita Magazine

La Cakery Paris, le « petit dernier » d’une artiste surdouée : Evingel !

Il était une fois un « couteau suisse humain »…        C’est ainsi que se qualifie Evingel, une artiste pluridisciplinaire, maîtresse des Arts visuels, aujourd’hui reconvertie en pâtissière autodidacte, avec la création de La Cakery Paris.

Evingel… Artiste visuelle et gustative, se présentant comme une descendante de déporté.es devenu.e.s esclaves : « A part L’Afrique, je n’ai pas vraiment de terre. », explique-t-elle. Expatriée aux Etats-Unis dans l’Alabama, pendant un épisode de sa vie, elle réside à présent en Île de France, là où elle a grandi. Formée à l’école de la vie, elle me confie que son premier examen fut le permis de conduire qu’elle a réussi du premier coup en février 2018.

Elle décrit son activité principale La Cakery Paris comme une fabrique artisanale de pâtisseries où le goût, le look et la « santé » vont de paire pour ravir sa clientèle. Les plus beaux compliments qu’elle a reçu à ce jour sont : « Je suis pas du tout gâteau, je suis pas trop sucre, mais j’adore ce que je viens de manger. » et « C’est tellement léger qu’on peut en prendre deux parts ! » Sachez que de temps à autre, elle fait encore de la photo et des vidéo, visibles sur sa chaîne You Tube , mais davantage à destination de ses projets ou d’anciens clients.

RENCONTRE

Quand et comment le projet « La Cakery Paris » a t-il vu le jour ? 

L’aventure La Cakery Paris a officiellement commencé fin 2016. Mais j’ai toujours été plus sucré que salé. Donc déjà à l’époque du collège, je faisais des gâteaux et je ne me suis jamais arrêtée. Je suis celle qui arrive à faire manger des gâteaux au chocolat, à ceux qui n’aiment pas le chocolat. Donc durant toute ma vie, j’ai fait de la pâtisserie.

J’avais eu le projet de faire quelque chose dedans quand je vivais aux USA, mais ça s’est pas fait. Après mon deuxième enfant, il fallait que je me remette au boulot. J’aimais bien les gâteaux américains visuellement, mais le goût, était affreux. Trop de sucre, trop de beurre, alors j’ai bossé ma version. Je postais sur les réseaux et j’ai commencé à avoir de la demande. Je rigolais en disant << Non >> et c’est devenu plus fort, alors j’ai écouté le peuple ! lol J’ai pris des photos, j’ai monté mon site en 2 jours et voilààààààààààààààààà !

«Les Pâtisseries aussi Belles que Bonnes!» nous voilà prévenus… Après une visite sur « La Cakery Paris », c’est surtout votre concept de gourmandises SANS BEURRE et SANS GLUTEN qui a attisé ma curiosité de conceptrice Afro-Vegan, à quelques semaines de l’anniversaire de mon aîné. Négociations culinaires faites, le challenge est accepté par cette talentueuse artiste. Et comme l’illustre les photos, le défi végan a été relevé avec brio. Evingel, mes paires végétaliens peuvent-ils commander cette offre végane dès à présent sur votre site web ?

Ah oui oui… depuis peu, je propose un layer cake vegan, sans œufs, sans lactose et toujours sans beurre. J’avais commencé le sans gluten, à cause d’une pote qui était intolérante et il s’avère qu’elle n’était pas la seule en demande, alors je le propose sur le site. Ensuite, je songeais à du vegan… Mais je me disais que j’avais d’autres choses à peaufiner avant et puis j’avais pas non plus de demande. Et puis t’es arrivée avec ton challenge et sans trop communiquer dessus, j’ai maintenant des demandes !!

Gâteau Vegan/Sans Gluten à l’occasion du b’day de mon fils sur le thème de Black Panther Le Film

 

Ladies and Gentlemen, let me introduce you… Le 1er Layer Cake VEGAN et SANS GLUTEN By La Cakery Paris

Sur votre Blog, il est écrit : « Comme pour le graphisme, la photo/vidéo, le community management, l’organisation d’événements, la couture et autre… C’est une nouvelle fois que je laisse exprimer mon esprit créatif en mode autodidacte. » Oui rien que ça ! Et en prime, Evingel est aussi une « SupaMom » épanouie. C’est donc tout naturellement que je vous demande : Combien de personnes sont hébergées dans votre tête ? La taxe d’habitation doit être salée ! Blague à part, pouvez-vous donner un conseil à nos « MomPreneures », lectrices de Kamita Mag ?

On est un bon paquet dans ma tête et on a toujours été là. Sauf que nous sommes dans un pays où seule une étiquette est tolérée, alors quand on est un couteau suisse comme moi, on peut très vite être frustrée et passer pour une personne instable. C’est la raison pour laquelle j’ai quitté l’école à 16 piges. Quand je le voulais et quand j’y voyais l’intérêt, j’avais de très bonnes notes, mais la structure scolaire en France, ça n’a jamais été pour moi. Ma première motivation, ça a été ma première fille. Comme beaucoup de monde, je bossais pour payer mes factures, mais sans plus. Et puis, il y a plus de 10 ans, je me suis demandé si c’était l’exemple que je voulais donner à ma fille. La réponse fut NON. Je voulais qu’elle me voie heureuse et épanouie. Même si je me pétais le nez… au moins, j’aurais essayé !

Evingel Le Blog : « 10 ans plus tard ! « 

J’adore écrire, surtout que j’écris comme je parle

Je suis une personne visuelle, je dessinais quand j’étais ado, je me suis initiée au graphisme quand j’ai découvert Photoshop, ce qui m’a permis de faire mon site LaCakery.com en moins de 2 jours. Mon père… toujours armé d’un appareil photo, donc l’ADN a parlé et j’ai suivi ses pas très tôt ; toutes les photos et vidéo du site, c’est moi ! J’adore écrire, surtout que j’écris comme je parle. Mon humour est très imagé et particulier, alors ça glisse crème. J’ai écrit sur ma grossesse, en enlevant toutes les paillettes que les « merdias » et autres mythos bloggeuses envoient et ça a plu. 

J’ai fait de la création de fringues et de bijoux, j’ai organisé des événements, une chasse aux œufs pour des enfants, etc… En gros je suis un vrai bordel… Mais organisé ! Et c’est vraiment ça la clé de ma réussite. Malgré les apparences : tatouages, crane semi rasé, grande gueule… J’ai des tendances un peu maniaques. Quand je songe à quelque chose, j’essaye de le visualiser et de le préparer dans son ensemble, et pas juste des « on verra après ».

Ensuite, il y a toujours des imprévus, mais pas de mon fait, ce qui fait que je suis toujours relax et je me dis que si c’est arrivé, c’est parce que ça devait arriver et que je dois en tirer une leçon. Pendant 2 ans, je me suis retrouvée « vide ». J’avais aucune idée, aucune création, rien. J’étais maaaal… En vérité, j’avais juste eu un deuxième enfant et je refusais de comprendre que j’avais plus 25 piges comme pour la première. Alors une fois que ma tête a assimilé ce fait, j’ai pris le temps qu’il fallait et BIM… La Cakery est née ! 

Je vous « connaissais » déjà Evingel… Sans le savoir! En préparant cette chronique, j’apprends que vous êtes l’auteure et la réalisatrice du projet audiovisuel « Le manuel du Bonhomme » . Ces chroniques vidéos hilarantes et pertinentes ont pris le pari d’éveiller les CONSciences des hommes ET des femmes. Êtes-vous une partisane du féminisme ou plutôt une défenseure de la complémentarité homme/femme ? 

J’ai beaucoup de mal avec le terme féminisme, j’ai pu lire tellement de définitions que je ne le comprends pas en fait. A partir du moment où les hommes sont incapables de porter des enfants, nous ne seront JAMAIS égaux ! Donc si éduquer les enfants en leur apprenant, que fille ou garçon, ils doivent et peuvent faire les mêmes choses, alors ouais, ch’uis féministe ! 

J’ai écrit ce livre pour valoriser les Bonshommes, ces êtres imparfaits qui essayent malgré tout. Vu qu’à l’ère de la communication à outrance, on ne communique plus, je voulais partager ma vision des choses, selon ce que j’ai vu, entendu et vécu. Mais sinon, je suis plus pour la complémentarité selon les capacités de chacun. Si dans un couple, l’homme est plus à l’aise avec les tâches ménagères, les enfants et la femme dans les travaux, la voiture, si la femme gagne 5000€ par mois et lui le smic et qu’elle paie tout le temps le resto… où est le problème ? Si ça fonctionne pour eux pourquoi changer les choses ? 

Chaque cas est particulier… mais dans l’état actuel des choses, on demande aux femmes d’être autant opérationnelles que les hommes, sans rien leur demander à eux. On est dans une société où être avec un homme, n’est absolument plus nécessaire… même pour faire des gosses, on peut aller dans une banque. Résultat, vu qu’on les a pas fait évoluer plus que ça, bah ils ne trouvent plus leur place dans cette société où les femmes font tout ce qu’ils font. Donc il faut éduquer nos fils à faire tout ce qu’une femme est « sensée » savoir faire. Les éduquer à être impliqué au même niveau dans la vie de famille qu’une femme. A exprimer leurs sentiments… Bref, revoir l’éducation de nos fils et filles tout entière !

Visionner Le Manuel du bonhomme, leçon n°23 et visiter le site web Le manuel du bonhomme

Quels sont vos projets récents ou à venir ?

Mon agenda ? Travailler encore plus… Toujours à la recherche de nouvelles associations de saveurs. Je me réinvente depuis peu avec la conception de cupcakes, un nouveau service disponible chez La Cakery Paris. Mais surtout, j’aspire à trouver le moyen d’associer toutes mes connaissances dans un seul projet, c’est un vrai challenge ! 

En mars 2018, j’ai participé au 1er festival des Nanas d’Paname dont je fais parti. Un concept simple, c’est un collectif de meufs artistes qui viennent de partout mais basé sur Paris. Photographes, tatoueuses, sportives, actrices, astrologues, cheffes, etc…  de tout mais au féminin !

Durant une journée entière, de 10h à 3h du matin, sur Paris, il y a eu des ateliers, des animations et j’ai pu faire goûter mes créations qui sont d’ailleurs parties en 2h ! C’était une expérience super intéressante. Pouvoir avoir un retour en live sur mes gâteaux auprès d’un panel super diversifié… j’ai appris pal mal de choses. Donc à refaire dès que l’occasion se présentera !

Lors de l’événement des Nanas d’Paname en mars 2018, les pâtisseries créatives de Evingel ont reçu toutes les éloges des visiteurs gourmands
Le fameux Gâteau Licorne, la star de ces derniers mois pour ravir les princesses
Shooting Les Nanas d’Paname 2018 _ Crédit Photos (couv. inclus) : Chloe Bonnard

 

Pour suivre toutes son actualité, visitez son site web et ses pages Facebook et Instagram La Cakery Paris.

Commentaires

Ask Ayaba

Mama Ayaba