Kamita Magazine

Rudy Mukendi : charismatique et humble, ce géant venu du Kongo

De nationalité belge et congolais d’origine, Rudy Mukendi est un personnage atypique du paysage bruxellois. Une force de la nature qui utilise d’abord son sourire et son coeur comme principales armes.

Il fait partie des visages très connus du paysage bruxellois et Afro-bruxellois. Pourtant vous ne le verrez pas à tous les événements, vous n’entendrez pas chanter ses exploits, vous ne verrez pas son nom affiché sur tous les murs. Quelle raison peut expliquer cette absence de visibilité pour ce personnage qui fait certainement partie des monuments historiques des arts martiaux africains et belges. La raison se résume en deux mots à priori anodins mais dont la portée a une puissance illimitée : humilité et discrétion. Voilà ce qui caractérise le personnage Rudy Mukendi !

Une force de la nature, un géant, capable de vous briser tous les os du corps en quelques secondes ; cependant vous apercevrez toujours sur son visage : bonheur, sourire, gaieté. Aujourd’hui, Kamita a le privilège de mettre à la lumière ce grand homme, grand par la taille, grand par le coeur. Focus sur Rudy Mukendi.

Rencontre

Rudy Mukendi, s’il fallait vous décrire, que dirait-t-on de vous ?

En peu de mots : je dirai que je suis plutôt quelqu’ un de réservé et discret.

On ne saurait parler de vous sans pénétrer l’univers des arts martiaux. À quel âge avez-vous débuté vos premières séances et de quelle discipline s’agissait-il ?

Mon premier contact avec les arts martiaux a été à l’âge de 6 ans, avec le judo. Je n’ai hélas pas accroché. J’ai commencé le karaté à l’âge de 9 ans. J’ai obtenu la ceinture orange ; le jiu jitsu à 15 ans, ceinture orange ; le full contact à 18 ans, ceinture noire 2 ème Dan avec le titre de champion d’Europe acquis en 1998, champion intercontinental, la même année. Et le titre de champion du monde en 2000. Actuellement, je pratique le Penchak Silat

Un rapport privilégié vous lie à l’une des légendes vivantes des arts martiaux, Jean-Claude van Damme…Dites-nous en un peu plus.

Rudi Mukendi après une session d’entraînement en compagnie de la Légende Jean-Claude Van Damme

En effet, Jean Claude Van Damme et moi avons eu le même professeur. Ce qui de fait m’a permis de le côtoyer, et de souvent m’entraîner avec lui. J’ai été figurant dans un de ses films : « Légionnaire ». Hélas ! J’ai eu la grande déception d’avoir ma scène coupée au montage. Un exemple malheureux des aléas de tournages. Enfin, je m’en suis remis depuis.

Il est plus courant de dire arts martiaux plutôt qu’artiste martial. Considérez-vous les pratiquants d’arts martiaux comme des artistes ?

Si on se base sur la définition de ce qu’est un artiste, qui est un individu faisant œuvre, cultivant ou maîtrisant un art, un savoir, une technique, et dont on remarque entre autres la créativité, la poésie, l’originalité de sa production, de ses actes, de ses gestes, constat ainsi fait, oui on peut bien le dire. Les pratiquants d’arts martiaux sont des artistes.

Aujourd’hui en Belgique, pouvez-vous dire quelques mots sur des personnes d’origine africaine qui excellent dans la pratique d’un art martial ?

Ils sont nombreux. je citerai entre autres : Patrick alias « Bantu Maluka Murphy », quelqu’un que j’apprécie énormément. Respectueux, il s’efforce d’appliquer les principes qu’il enseigne. Il donne à ses élèves et lui même une excellente ligne de conduite. Bref ! Le Respect, voilà ce qu’il inspire.

Bantu Maluka Murphy, Expert de Penchak Silat

Puis il y a aussi Christophe Mputu, quelqu’un de très respectueux également, toujours prêt à rendre service, très posé, la force tranquille. Pour ne citer qu’eux, parlant d’arts martiaux.

À côté, plus globalement pour les sports de combats, il y a aussi beaucoup de boxeurs dont Tatou Tshupula, Nzamah Nawezi ; de ma génération je citerai actuellement Marc Vlieger et big Joe Tambwe. La liste est longue, désolé pour ceux que j’aurai oublié. Mais je développe surtout sur les pratiquants d’arts martiaux.

Quel est selon vous la 1ère chose à acquérir pour tout nouvel élève à qui vous donneriez cours ?

Là-dessus, la réponse est claire et sans hésiter : l’humilité.

Box and Fit Ladies. Vous enseignez l’art du combat ou l’auto-défense. Est-ce un engagement personnel d’apporter votre savoir martial aux femmes ?

Box And Fit Ladies est plutôt un cours de remise en forme. Je donne tout l’entraînement physique de la boxe et arts martiaux, sans les combats. Ici mon but n’est pas de former des championnes. Disons juste que j’ai voulu répondre à une demande. Beaucoup de personnes de la gente féminine aiment la boxe, certaines n’auront aucun souci à assister à un cours conventionnel.

Rudy Mukendi, en plein tournage cinéma

Tandis que d’autres peuvent être dérangées par le fait qu’il y ait plus d’hommes que de dames. Sans oublier celles qui n’aiment pas l’aspect combat. C’est donc particulièrement ce public que je cible avec Box And Fit Ladies.

Par contre, je donne aussi des cours personnels de self defense pour femmes. Je pars du principe que toute femme devrait avoir les moyens de se défendre. Ça devrait même être obligatoirement enseigné déjà dans les écoles.

Vous êtes de nature souriante, un visage radieux qui cache pourtant une grande force. Quel comportement ne faudrait-il pas avoir si l’on veut éviter de réveiller la colère du géant ?

Comment dire… Une attaque personnelle, je pourrais la gérer sans m’énerver. Par contre dans l’autre cas, mon cerveau se mettrait en mode off. Qu’on dise ou fasse le moindre mal à ma famille, c’est ce qu’il faudrait vraiment éviter. Ceci dit, je crois que c’est la réaction qu’aurait tout le monde.

Pour finir, en une phrase, votre citation préférée ?

« Sky is the limit » !

Commentaires

Kamita Magazine

Mama Ayaba