Kamita Magazine

COVID-19/RD Congo: Dr Antoinette M’Buy insiste sur le renforcement du système immunitaire du corps par une alimentation adaptée!

A Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo, les nouvelles du Secrétariat technique de la Coordination de la riposte contre le Covid-19 sont plutôt alarmantes: la capitale congolaise entre dans «une phase exponentielle de la maladie de 15 à 20 personnes par jour.» Étant donné que les foyers de propagation s’élargissent désormais, en même temps que les enfants, signale-t-on, sont de plus en plus atteints, le port des masques est maintenant strict, toujours dans le confinement… Avec, cependant, la possibilité de la reprise des activités des grandes surfaces et restaurants!

D’Anvers, un médecin-nutritionniste formé aux universités de Kinshasa et de Gand, Dr Antoinette-Félicitée M’Buy, s’empresse de placer le curseur, en plus de la stricte observance des gestes barrières, sur la nécessité de booster le système immunitaire de l’organisme (son système de défense contre des agressions extérieures), par une alimentation adaptée à la lutte contre cette pandémie… Une alimentation donc riche en antioxydants, en oligo-éléments, en sels minéraux et vitamines, capitalisant certains nutriments! En clair, voyant venir la grande saison sèche à Kinshasa, susceptible de favoriser, avec le froid et la poussière, la grippe et autres maladies respiratoires dont le covid-19, Dr Antoinette M’Buy tient à insister sur un principe simple édicté, dès la Grèce antique, par Hippocrate de Kos: «Que votre nourriture soit votre médicament, et que votre médicament soit votre nourriture.» Un autre médecin presqu’à la même époque en Inde, Ayur Veda, abonde dans le même sens: «Si votre nourriture n’est pas bonne, votre médicament reste sans effet. Si votre nourriture est bonne, vous n’avez pas besoin d’un médicament.»

©Glodie Mungaba/ Le Docteur Anto M’buy lors d’une conférence à Bruxelles/Belgique

 

QUE DOIT-ON PRIORISER DANS NOTRE ALIMENTATION par ces temps? Alors, Dr M’Buy recommande les légumes verts et secs (haricot, pois, …), les champignons, les crevettes, … Les aliments riches en zinc (son déficit derèglerait la réplique immunitaire) comme la viande de bœuf, le foie, le rognon, … Et toujours privilégier dans la cuisine l’ail (même à sec), l’oignon, deux antibiotiques naturels efficaces contre les infections respiratoires, autant que le thym qu’on retrouve aussi dans bien des sirops antitussifs! En guise de dessert, beaucoup de fruits aussi, riches en vitamine C (Goyave, Papaye, citron, orange, pamplemousse, mangue, mandarine, …)

Côté boissons, Dr M’Buy plaide pour la consommation du thé vert (notre bulukutu national), l’infusion de la citronnelle (sinda), du gingembre (tangawisi), de préférence avec du miel pur riche en vitamines naturelles et protéines… Trop de sucres en revanche affaiblit gravement le système immunitaire! Et face à un syndrome respiratoire, boire encore et toujours beaucoup d’eau… Mais, que vaut, fait-remarquer ce médecin et conférencière, une alimentation saine sans l’exercice physique et un sommeil suffisant (8 heures)… Et par ces temps de confinement, ne boudons pas notre propre plaisir!

Renforcer donc, par une alimentation adaptée, le système immunitaire pour permettre à l’organisme de travailler lui-même à sa propre guérison, tel est le credo du Dr Antoinette M’Buy, à côté de toutes les autres prescriptions contre la propagation du Covid-19! Quittant son domaine de la nutrition, la spécialiste prêche enfin pour la mobilisation même des étudiantes de l’ISAM pour la confection des masques, et de ceux de l’ISTA, de l’INPP, … pour la fabrication artisanale des respirateurs qui font cruellement défaut dans nos hôpitaux… «La cause est on ne peut plus immense, car il s’agit du genre humain, de nous, de comment nous allons survivre à cette pandémie», estime ce médecin en regardant le Congo de l’étranger.

© Didier M’buy/Didi Mitovelli

Commentaires

Glodie Mungaba

Reporter à Stampmedia, un média flamand et Congoforum, Il est fier de ses années d’expérience dans la presse. Curieux et ouvert d’esprit, Il n’hésite pas à côtoyer différents professionnels des médias. Ces différentes rencontres constitueront pour lui l’élément déclencheur de son désir de bien écrire « le fait de côtoyer des spécialistes de la presse a suscité en moi le goût de faire et de bien faire ce métier ».

Mama Ayaba