Kamita Magazine

Christiane Taubira, démission, enfin libre et indépendant(ist)e

Par sa démission au poste de Ministre Garde des Sceaux ce mercredi 27 janvier, Christiane Taubira a suscité un raz-de-marée dans les médias mainstreams français.

Amertume pour les uns, satisfaction pour les autres. Le phénomène médiatique Christiane Taubira s’est emparé du PAF -Paysage Audiovisuel Français- depuis sa démission. Celle qui depuis sa nomination à l’influent poste de Ministre Garde des Sceaux n’a jamais cessé de susciter moults débats dans la société française. Non seulement à cause de sa couleur de peau dont on sait que de par les institutions françaises fort ancrée coloniales, ce n’est en effet pas une simple anecdote, mais aussi de par son passé politique. En effet, il n’est pas vain de rappeler que Taubira avant d’être ministre française est très connue dans le mouvement Afro par son déterminisme, son art oratoire, son engagement. Même si en ce qui concerne l’engagement, l’acceptation au poste de ministre lui a fait perdre beaucoup de légitimité au point de vue de certains experts.

Christiane Taubira, est originaire du département français de la Guyane. Elle a lutté politiquement par le passé aux côtés de son mari ; tous deux réclamaient l’indépendance de leur Guyane natale. Comment cette indépendantiste affirmée qui ne manquait pas de flèches à son arc lorsqu’il fallait se défendre dans des joutes verbales s’est-elle retrouvée à servir un gouvernement qu’elle a pourtant longuement combattu, un système qu’elle a pourtant longuement dénoncé et pointé du doigt pour son néo-colonialisme. Des interrogations, des incompréhensions, Christiane Taubira continuera toujours d’en susciter. C’est le principe même d’une femme engagée ; déjà en tant que femme dans cette société machiste mais davantage en tant que femme ayant des idées.

Qu’on soit d’accord ou pas avec les choix, les opinions, les actions politiques qu’elle a menés durant son mandat de ministre,il n’en demeure pas moins qu’elle aura à jamais doublement marqué l’histoire. Celle de France par la loi qui porte son nom, Loi Taubira : loi n°2014-896 du 15 août 2014 relative à l’individualisation des peines et renforçant l’efficacité des sanctions pénales. Celle du monde entier dans sa globalité puisque qu’elle est à l’origine d’une loi qui porte également son nom, Loi Taubira : loi du 21 mai 2001 tendant à la reconnaissance de la traite négrière et de l’esclavage en tant que crime contre l’humanité.

Adepte des messages d’un lyrisme particulièrement excellent, la « sorcière d’Amazonie » claque enfin la porte ! Nous retiendrons de son passage politique dans l’arène ministérielle, deux de ses plus éloquentes déclarations :

    Et que les racistes le sachent, je vis et je vivrai. Et je tiendrai [•••] Qu’ils multiplient leur violence par un million, je tiendrai encore. Par dix millions, je tiendrai encore. Le monde n’est pas à eux [•••] Ils n’auront pas mon suicide.

    Si c’est à l’aune de l’opinion des ces gens-là que je devais agir, j’irai sur une île déserte.

Commentaires
Mama Ayaba